HEVA ferme ses portes, pour mieux les rouvrir ICI ! A très vite !

Partagez | 
 

 En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Mer 28 Mai - 22:30

:.. Il était tôt ici à Savannah, mais forcement Paul était réveillé. Le décalage horaire était bien présent. Autant il s’était endormi vers 19h la veille, autant ce matin à 4h il s’était réveillé en forme. Il sortit sur son petit balcon et respira la ville. Son appartement était vraiment très bien situé, au cœur de la ville, il se sentait bien. Il habitait un groupement d’immeuble et avait déjà rencontré quelques voisins. Son emménagement s’était fait deux jours plus tôt, il était déjà dans le boulot. Il sortit quelques documents et les reposa. Non pas ça maintenant. Pris d’une envie soudaine de sortir, il prit sa veste et alla faire un tour. Il faisait encore noir, la Lune était absente du ciel, nouvelle Lune en cette nuit chaude de mai. C’est ce qu’il l’étonnait le plus, à cet instant précis, la chaleur de la nuit.

:.. Il marcha, il marcha pendant une demi-heure, jusqu’à son bar, fermé depuis peu, le ménage avait déjà été fait. Il allait falloir vivre plutôt de nuit à terme mais actuellement, c’était impossible. Paul avait une bonne résistance à la fatigue, mais les derniers jours avaient étés très éprouvant. Ranger, travailler, faire des papiers, des transports, des adieux, des retrouvailles, de nouvelles têtes partout de nouvelles têtes. Il ne connaissait bien sûr pas tous les Londoniens, mais il connaissait leur visage, leurs habitudes de prendre un café le matin, de se presser dans l’underground. Les bruits, les couleurs, les voix, les accents, tout changeait ici, les gens mâchaient leurs mots, parlaient avec des sons qu’il n’entendait que rarement. Même langue, mais langage différent… Et les rues, toutes droites, impeccables, tracées, rien à voir avec les rues sinueuses de Londres.

:.. Il se posa devant la rivière de Savannah pendant dix minutes, écouter le clapotement de l’eau calme, regarder la pénombre d’une ville qui dort encore... Le chemin qui longeait cette étendue d’eau serait parfait pour ses habitudes de courses à pied. Mais ici pas de grands parcs, pas de Hyde Park, juste des gares, des boulevards et des pistes de golf… Paul n’avait jamais rien compris à l’intérêt du golf en tant qu’activité sportive. Mais bon… Les américains n’étaient pas non plus réputés pour leur pratique sportive… Sauf pour le baseball, et le football américain. Là, c’était fort. Le soccer pratiqué en Europe n’était rien par rapport au Super Bowl.

:.. Paul continua de marcher jusqu’à rentrer chez lui, dans le petit espace vert en bas de son immeuble. Il regarda sa montre, bientôt six heures. Dans une vingtaine de minutes, le soleil allait se lever. Ce serait son premier lever de soleil sur Savannah. Paul sourit, imaginant combien de fois ce spectacle allait encore se dérouler devant ses yeux. Partout des ombres commençaient déjà à se mouvoir, des volets s'ouvraient et la ville s'éveillait doucement mettant un terme à la noirceur de cette nuit sans Lune.


Dernière édition par Paul W. Swisher le Jeu 29 Mai - 9:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Mer 28 Mai - 23:36

Paul W. Swisher ∞ Skye H. Manning
Rencontre inattendue avant d'aller faire un jogging
Je me réveille doucement avec mon adorable réveil affichant cinq heures, la musique retentissait doucement pour ne pas réveiller ma chère colocataire, c'était "when the samba played, the sun would set so high..." J'ai envie de la chanter mais je m’abstiens par respect pour Eden. J'émerge avec punchie, je saute hors de mon lit douillé et marche jusqu'à la cuisine pour me préparer un bon petit déjeuner, car oui c'est très important de prendre un petit déjeuner surtout si comme moi, vous faites du sport. J'arrive enfin dans la cuisine , je sors du placard un jus de fruit pur jus, du pain et du beurre, je me sers un verre et prépare deux petites tartines. Je m'assois au comptoir et bois doucement, j'ai pas envie de m'étouffer avec du jus de fruit, car croyez moi j'en suis capable. Je continue de manger et après avoir fini je range les affaires que j'avais sorti.

Je me dirige ensuite vers ma chambre pour prendre des vêtements propres et de sport pour aller courir dehors. Je file directement à la salle de bain, je cherche un gant de toilette dans le tiroir et me redresse face au miroir, je me stoppe net. Mes cheveux bruns sont dressés sur ma tête emmêlés, je ressemble à une sauvageonne ou à une  amazone après un combat. Mes yeux foncés sont enjoués dès le matin ,dès le réveil je suis en pleine forme, même pas fatiguée. Malgré le fait que je n'ai pas beaucoup dormi, ça ne se voit pas sur mon visage, rien ne me trahit. Je file dans la douche et commence ma toilette en me posant des questions existentielles que l'on se pose que dans la douche.

Est-ce que mes élèves m'apprécieront? J'en ai aucunes idées, j'ai un peur justement qu'ils ne m'apprécient pas, mais même si je ne peux pas plaire à tout le monde, je veux fortement reprendre un nouveau départ dans cette ville et le fait que mes élèves m'apprécient m'aiderait à tout recommencer à Savannah, à Paris c'était pas identique, la capitale ça change surement tout.Bien que je m'entendais très bien avec mes élèves, l'atmosphère n'est pas la même.
Est-ce que mon travail sera apprécié? Ça non plus, je n'en sais rien, peut-être oui, peut-être non, mon style est spécial je mélange le contemporain avec du jazz, même s'il y a plus de contemporain en moi que du modern' jazz, ça fait un style que j'aime beaucoup, le mien. J'ai mon propre univers, ma propre grâce, ma propre gestuelle mais c'est toujours remis en question par les élèves, les directeurs artistiques, les metteurs en scènes, chorégraphes à qui ça ne peut ne pas plaire .
Est-ce que je vais me faire des amis, ici à Savannah? Même réponse, je sais pas, la belle facette de ma personnalité m'a toujours permis de nouer de belles amitiés mais l'autre facette m'en a fait perdre. Je suis loin d'être parfaite mais je sais que je peux plaire ou déplaire alors j'ai des doutes sur ça. Je vais essayer de faire des efforts ici car ce n'est pas comme Paris qui est gigantesque et où personne se connait ou on peut changer de quartier pour ne plus croiser ses anciens voisins et connaissances. ci tout le monde se connait et il n'y a pas d'endroit où se cacher pour échapper ou ne plus voir certaines personnes.

Après avoir réfléchi longuement et avoir pris ma douche, je sors de celle-ci, me sèche et m'habille en vitesse, je mets mon short de sport, mon tee-shirt, mon gros sweat Coca Cola et des chaussettes hautes qui m'arrive au milieu du mollet. Je me place devant le miroir et m'occupe de ma crinière de lionne, je la coiffe et les laisse au naturel, ondulés, et les attache en queue de cheval. Je regarde mon maquillage , et me rétracte, ça sert à rien il va être bientôt être six heures, il n'y aura personne dehors et puis je suis pas horrible à regarder non plus donc voilà et au pire je plais pas bah c'est pas grave. Je pars dans la cuisine et écris un mot pour prévenir Eden si jamais elle se réveille et vois que je ne suis pas là.
" Je pars faire un jogging, je reviens dans deux heures, Bisous ."
Je prends une bouteille d'eau et mon mp3 et sors de l'appartement.

Je ferme la porte à clé et me retourne puis devant se trouve un homme de dos, je m'approche un peu plus et passe devant lui pour commencer mon footing quand j'aperçois son visage. Mais c'est:

- Paul? c'est toi?


code by Silver Lungs


Dernière édition par Skye H. Manning le Jeu 29 Mai - 12:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Jeu 29 Mai - 9:58

:.. Il entendit son nom, il entendit un accent anglais, une voix qui lui semblait familière mais qui revenait de loin. Il leva la tête vers elle. Un fille. Malgré lui, il la considéra de haut en bas. Des chaussures de sport, des grandes chaussettes, de longues jambes graciles, un petit short et un gros sweat avec la marque de boisson "Coca-Cola" inscrit dessus. Une tenue de sport large pour un petit bout de femme. Il finit par tomber sur son visage. Elle était très belle, un peu jeune, mais un ovale parfait. Et là il eut une dizaine de secondes de réflexion. Ces yeux, ces yeux en amande, verts-brun pétillants de bonne humeur lui disaient quelques choses. Avec un peu plus de joues adolescentes elle ressemblait étrangement à... Lorsque la vérité lui apparu, il eut un petit mouvement de recul. Oups là ! Mais ! Mais ! Il se rattrapa bien vite.

- Skye ?! Salut !

:.. Il fronça les sourcils. Paul était quelqu'un de très expressif et dans ses moments de surprise on pouvait lire sur son visage comme dans un livre. La seule chose cohérente qu'il arriva à sortir fut :

- Okay... Euh donc... Comment vont tes maths ?

:.. Dans un geste naturel d'amitié, il ouvrit ses bras pour faire une accolade à Skye. Geste qu'il regretta tout de suite en se souvenant de ce que lui avait fait subir la jeune fille pendant ses leçons... Incapable de se concentrer, toujours entrain d'essayer de lui faire de l’œil... C'était un peu gênant. Surtout qu'elle n'était du coup pas très concentrée sur les maths. A cette époque il sortait avec Shirley, la numéro 2. Quand bien même c'était une adolescente ! Skye avait toujours été jolie ce n'était pas le problème.. Mais il avait 6.. Non 8 ans de plus qu'elle ? Donc oui, jeune, bien trop jeune pour lui, pas la même maturité non plus. Mais le geste était lancé et Paul n'allait pas revenir en arrière. Il la serra donc dans ses bras en lui tapotant l'épaule dans une étreinte maladroite et se rattrapa :

- Désolé la danse. Comment va la danse ?

:.. Ses souvenirs se mettaient en forme petit à petit. Ils avaient arrêté les cours parce qu'elle partait aux US, Los Angeles ? Ou peut-être était-ce San Francisco ? C'était sur la côté ouest c'était certain. Elle était resté copine avec Lizzie et cette dernière lui avait dit il y a quelques années qu'elle était partie en France pour ses études de danse. En même temps, c'était déjà le sujet préféré de la jeune fille déjà à l'époque. Il n'imaginait pas la retrouver à Savannah. Paul était un peu troublé, elle était vraiment devenue superbe malgré son accoutrement particulier. Il n'avait jamais aimé les femmes trop maquillées, voir Skye au naturel, en ce matin encore débutant, était très agréable. Il lui offrit un grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Jeu 29 Mai - 14:17

Paul W. Swisher ∞ Skye H. Manning
Rencontre inattendue avant d'aller faire un jogging
A l'entente de son nom, il releva la tête, et me regarda de haut en bas ce qui est relativement gênant je dois l'admettre? J'attends en silence qu'il me reconnaisse, qu'il finisse de détailler mon corps. J'attends simplement qu'il regarde mon visage, qu'il s'écrie "Skye" et qu'il dise que je lui ai manqué, ça fait toujours du bien d'entendre ça après dix ans sans se voir. Il lève enfin les yeux vers moi, toujours expressif celui-là, je vois combien il est surpris de se retrouver face à moi. Tout le monde arrive à lire sur son visage, il a toujours été très expressif , je l'ai vite compris lorsqu'il me donnait des cours particuliers, la surprise sur son visage était évidente comme celle d'il y a maintenant dix ans lorsque je le séduisais. En y repensant, je devais être ridicule à l'époque, il en a bavé avec moi. Je suis stoppée dans mes souvenirs par sa voix.

Skye?! Salut!

-Salut! Ça fait super longtemps, wahou t'as pris de l'âge! enfin je veux dire enfin tu m'as compris.

Première boulette, bravo à moi! Quelle gaffeuse, mon côté trop franche, je n'ai jamais réussi à le contrôler et je pense ne jamais y arriver. Ça commence bien ! Quelles jolies retrouvailles! Quelle bonne idée de lui dire que ça se voit qu'il a pris dix ans dans la tronche. J'ai toujours été sympathique, alala boulette que je suis.

- Okay...euh donc... Comment vont tes maths?

- Les maths? enfaite moi et les maths n'ont jamais vraiment faits bon ménage et je dois dire que je n'ai jamais fait d'efforts dans nos cours j'étais occupée à faire autre chose.


En y repensant je me mis à rire, je lui en ai vraiment fait baver! Lors des premiers cours tout se passait bien même trop bien, il était vraiment gentil avec moi, et m'aidait beaucoup, je travaillais donc avec beaucoup d'enthousiasme mais j'ai pris sa gentillesse pour autre chose. Donc j'en suis naturellement tombée amoureuse et je croyais que c'était réciproque, j'étais jeune et naïve , j'étais encore au collège et je n'étais encore jamais sorti avec un garçon . Paul était mon voisin d'époque: beau , intelligent et très gentil avec moi, parfait quoi. Alors pendant les cours suivants, j'étais différente, il l'a senti dès que mon arrivée pour son cours. Soit je le regardais avec insistance avec mes yeux espiègles, soit je venais en mini-jupe, laissant voir mes jambes parfaites, ou avec un haut décolleté pour laisser voir ma poitrine enfin si on peux appeler ça une poitrine, j'étais plate comme une limande et le suis encore. Pendant tous les cours je le faisait de l’œil du pied, tout ce que vous voulez et le pauvre essayait tant bien que mal de me repousser ais c'est une chose difficile, moi qui suis de nature si déterminée.
Tout d'un coup les bras de Paul se feignent en accolade, dans ses yeux je vois une sorte de gêne, il doit encore songer à ce que je lui ai fait endurer lorsqu'il me donnait des cours, je comprends parfaitement sa gêne même si je ne la partage pas. Sans hésiter je me glisse dans ses bras, et le serre contre, il m'avait manqué quand même, j'avais beau avoir garder contact avec Eli' , j'avais jamais reparlé à Paul depuis mon départ de Londres.
Maladroit, il me tapota l'épaule et me dit:

Désolé la danse , comment va la danse?

- Bah la danse, ça va plus que très bien, j'ai eu mon diplôme avec mention très bien et j'ai enseigné deux ans à Paris, chouette expérience et j'arrive fraîchement ici pour donner des cours!
lui dis-je avec un grand sourire et des yeux pétillants.

Eh oui quand on parle de danse avec moi, on est sure de me voir heureuse et pétillante, j'en parle avec bonheur et émotions. C'est la danse quoi, c'est ma vie!

- Et sinon Paul, c'est Eli' qui t'amène ici?

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Jeu 29 Mai - 15:26

:.. La remarque concernant son age fit rire Paul plutôt que de le gêner, la franchise de la jeune fille l'avait toujours amusé. Se souvenant de son style et de sa vie dans sa vingtaine, c'est sûr qu'il y avait une différence. Il était toujours aussi mince, même plus aujourd'hui qu'hier, mais la coupe de cheveux était plus courte, quelques rides allaient bientôt commencer à s’immiscer au coin de ses yeux et lui qui avait toujours été quasiment imberbe devait aujourd'hui se raser tous les deux jours pour être présentable. Le changement, de jeune homme, il était passé à homme. Il avait acquit du charme, enfin c'est ce qu'il se disait pour se rassurer le matin. Il se trouvait mieux aujourd'hui qu'il y avait 10 ans, dans son corps, dans sa tête. A 22 ans, un homme est encore un garçon, et puis ses épreuves avait fait grandir Paul plus qu'il ne l'avait imaginé. Son cœur avait été brisé depuis, peut-être que cela se voyait sur son visage. Peut-être que connaître l'amour l'avait également vieilli. Il n'en savait rien. Elle aussi avait changé, énormément et en bien.

- Les maths? En faite moi et les maths n'ont jamais vraiment faits bon ménage et je dois dire que je n'ai jamais fait d'efforts dans nos cours j'étais occupée à faire autre chose.

:.. Paul sourit de nouveau. En effet. Son accolade à elle fut franche et tendre. Paul se détendit. Elle avait grandit. Ce n'était plus une enfant. Elle savait, elle se souvenait. Donner ses leçons avait été difficile pour Paul mais une adolescente malgré toutes ses envies et ses désirs n'était pas une femme. Il avait vu sa sœur au même âge faire avec les autres garçons et il le savait. C'est aussi pour cela qu'il n'avait jamais vraiment mal réagit à ses provocations mais il avait toujours repoussé ses avances avec respect. Il n'avait jamais eu de discussion avec elle à ce sujet. Il espérait qu'elle se calmerait toute seule. Il repensa à toutes ses fois où il avait sonné et elle lui avait ouvert en tenue provocante et où il avait simplement haussé un sourcil et déclaré "Bonjour Skye ! Alors ? Où en es-tu de ton programme cette semaine ?". Parfois, il s'était inquiété "Tu n'as pas froid comme ça ?", mais il n'avait jamais été attiré par elle. Elle était comme une deuxième petite sœur pour lui et au fond, cela l'amusait un peu.

- Bah la danse, ça va plus que très bien, j'ai eu mon diplôme avec mention très bien et j'ai enseigné deux ans à Paris, chouette expérience et j'arrive fraîchement ici pour donner des cours!

:.. Paul laissa échapper un "Ohh" d'exclamation. C'était un beau parcours. Il était certain qu'elle allait réussir. Elle ne lâchait pas le morceau cette jeune fille.

- Et sinon Paul, c'est Eli' qui t'amène ici ?

- J'ai choisi la ville parce qu'elle vit ici, oui. J'avais besoin de... Comme dire ? Changer d'air.

:.. Il sourit. Il n'aurait pas choisi une autre ville. Si sa sœur avait habité en France, il serait venu la rejoindre. Quand bien même son français se limitait à un "Bondjour, je m'appelle Pool, je viens de London en Angleuterre", "Je ne parle pas très bien français", "Où sont les toilets ?", "J'aime le ragoût de dinde"... Ou d'autres phrases un peu bête qu'il avait apprises en lycée.

- Je viens d'arriver également, j'habite là-haut ! Au n°60 depuis deux jours !

:.. Il montra une des fenêtres de son appartement.

- Ce n'est pas encore très meublé, mais je peux te faire un café ou un thé si tu veux.

:.. Paul avait vendu ses meubles. Son appartement se résumait à une armoire intégrée remplie de vêtements. Un futon que lui avait prêté Elisabeth et une cuisine fonctionnelle avec sa cafetière italienne et quelques casseroles qu'il avait réussit à fourrer dans sa valise. Sinon, cet appartement était vide. Si ! Hier il était allé acheter deux chaises et une table. Il considéra un instant Skye, comme s'il venait de se rappeler qu'elle était à cet instant en tenue de sport...

- Ou tu peux aller faire ton footing, je ne veux pas te déranger.

:.. Il laissa passer quelques secondes avant de rajouter en caressant d'un geste affectueux la joue de la jeune Skye. Chose qu'il ne se serait jamais permis de faire pendant son adolescence, car il aurait été sûr que ce geste d'affection simple aurait été mal interprété par la jeune fille.

- Je suis content de te voir, cela faisait longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Jeu 29 Mai - 16:57

Paul W. Swisher ∞ Skye H. Manning
Rencontre inattendue avant d'aller faire un jogging
Jai choisi la ville parce qu'elle vit ici, oui. J'avais besoin de... Comme dire ? Changer d'air.

- Idem
La phrase qu'il a prononcé, j'aurais très bien pu moi-même la prononcer, car c'est aussi pour cette raison que j'ai quitté Paris , j'avais eu besoin de changer d'air, j'avais adoré Paris , cette ville a une place importante dans mon cœur, c'est là où mon rêve s'est concrétisé, là où j'ai participé à une comédie musicale qui a marché du tonnerre, là où j'ai signé mes premiers autographes, où j'ai rencontré mes premiers fans, là où j'ai commencé à enseigné la danse , là où j'ai eu mes premiers élèves, là où j'ai organisé mes premiers galas, là où j'ai reçu mes premiers dessins d'élèves, mes chocolats pour Noël par mes élèves, c'est aussi là où j'ai vu mes chorégraphies dansés par ms élèves.

Un tas de souvenirs me raccroche à Paris mais c'est aussi la ville où j'ai connu des disputes avec certaines élèves qui croyaient bon de dire "ah non, c'est nul ça, je préfère faire ça, c'est mieux!" ou de ne pas m'écouter de se permettre de faire n'importe quoi dans mes cours, ces élèves-là étaient virées au bout d'un moment oui car étrangement ce n'était que les filles qui se le permettaient, les garçons dans mes cours étaient adorables et bosseurs mais essayaient pour certains de me séduire. Ce qui me rappelait moi lorsque je séduisais Paul à Londres.

Paris  était aussi une ville de rivalité, dans mes cours, certaines se crêpaient le chignon pour savoir qui ira sur la première ligne ou qui aura un solo sauf que c'était moi qui décidait de ça pas elles. Et je savais élever la voix lorsque ça partait trop loin et qu'elles se manquaient de respect. J'ai réussi à toutes les calmées lors d'un cours grâce " Woow! Vous vous croyez où? Vous croyez que vous allez réussir dans la danse si vous vous tapez dessus comme ça! Croyez moi c'est difficile de réussir quand tout le monde est contre vous, pas besoin d'écraser les autres pour réussir, moi je m'entendais très bien avec toutes les personnes de ma promo! Et j'ai réussi, sans les avoir écrasé comme la majorité d'entre eux, ceux qui n'ont pas réussi sont les incompétents, les non-bosseurs et ceux qui voulaient écrasés les autres! Alors si j'étais vous et bah je me calmerais car je sais que vous voulez quasiment tous être danseurs pro'! Alors maintenant vous arrêtez et vous dansez! Ok?" .Mais je suis quand même parti, Paris est oppressante malgré sa beauté alors la ville de Savannah est un peu une bulle d'air frais pour moi.

- Je viens d'arriver également, j'habite là-haut ! Au n°60 depuis deux jours !
Ce n'est pas encore très meublé, mais je peux te faire un café ou un thé si tu veux.
J'attendais que ça qu'il propose de boire quelque chose, histoire de parler, j'avais tellement de choses à lui dire. Meublée ou non ,ça m'est égale, simplement prendre être avec Paul me fait plaisir donc les détails dans le genre meublée , je m'en contrefiche. J'allais lui répondre quand il m'a coupé das mon élan.

- Ou tu peux aller faire ton footing, je ne veux pas te déranger.

- Je l'avais oublié celui-là! Tu crois vraiment qu'un footing est plus important que de boire un verre avec toi? Il attendra, j'irais plus tard.

Puis Paul me prends de cours, il me caresse doucement la joue et me dit "- Je suis content de te voir, cela faisait longtemps...". enfin il me le disait j'attendais que ça depuis qu'on s'était revu! Ca y'est c'est sur j'aurais le smile pour toute la journée au moins.

- Tu m'aurais fait ça il y a dix ans , je t'aurais embrassé

Puis je parti dans mon rire habituel mutin et enfantin qu'on reconnait entre mille.

-  Bon j'attends, j'ai soif moi!  

Je continue de rire, si ça trouve j'arriverais pas à m'arrêter.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Jeu 29 Mai - 19:13

- Je l'avais oublié celui-là! Tu crois vraiment qu'un footing est plus important que de boire un verre avec toi? Il attendra, j'irais plus tard.

:.. Paul continua de sourire. Il avait quitté une adolescent espiègle, il se retrouvait face à une femme directe et honnête. Il était vraiment ravis de la revoir et de découvrir l'adulte qu'elle était devenue.

- Tu m'aurais fait ça il y a dix ans , je t'aurais embrassé

:.. Elle rit. Paul éclate également d'un rire franc. Comme Skye, quand Paul riait c'était pour de bon. Quand il était adolescent, il riait moins fort. Aujourd'hui devenu un homme, il laissait voir ses dents blanches. Il secoue la tête.

- Ah ça, ma chère Skye je n'en doute pas un instant. Mais tu sais comme moi que je ne me serais pas laissé faire !

:.. Il lui adressa un clin d’œil et regarde la jeune femme rire avec bienveillance.

-  Bon j'attends, j'ai soif moi!

- Et exigeante avec ça ? Et bien ! Ca commence bien !

:.. Cette phrase était murmurée assez fort pour que Skye l'entende mais avait été prononcée sans aucune mauvaise pensées. D'ailleurs, il rit également. Sans vraiment la prévenir, il fit glisser sa main dans la sienne, et la défit tout aussi rapidement, comme il l'aurait fait avec sa sœur. Juste pour lui dire "vient, suis-moi". Au petit trot, il commence à gravir les escaliers avec elle. Paul de son mètre quatre-vingt cinq a de grandes jambes, monte deux à deux les marches. Direction sixième étage ! Oui, il a un ascenseur mais c'est bien plus drôle d'arriver en haut le souffle coupé. Et puis Paul était de bonne humeur et quand il était de bonne humeur, ce n'était pas quelques marches qui allaient lui faire peur.

- Ah bah tu voulais du sport miss ! Tu en as eu !

:.. Premier arrivé en haut. Il lui gratifie d'un large sourire et met la clé dans la serrure. Il ouvre la porte et lui laisse la courtoisie de rentrer en premier :

- Tadam !

:.. Sur le loft d'environ 45m2, avec mezzanine, la lumière du soleil commençait à pointer et Paul, resta doucement fixé sur le soleil qui montait. Ce qui lui avait le plus plus dans ce lieu c'était la lumière, de grandes fenêtres qui laissaient parer les rayons du soleil entre les immeubles environnants.

- Bon je t'offre quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Jeu 29 Mai - 21:18

Paul W. Swisher ∞ Skye H. Manning
Rencontre inattendue avant d'aller faire un jogging
Ah ça, ma chère Skye je n'en doute pas un instant. Mais tu sais comme moi que je ne me serais pas laissé faire !

Il me fit un clin d’œil et je ris à sa remarque, il savait comment j'étais, et il sait très bien que j'en aurais été capable, j'aurais ,c'est sur, très mal interprété ce geste amical pourtant anodin. Je lui aurais effectivement sauté dessus pour l'embrasser. Quand on est jeune , on a de l'espoir dans tout ce qu'on entreprends . Peut être il ne serait pas laisser faire mais avec ma grâce de danseuse classique, il n'aurait rien vu venir. Ou bien je lui aurais sauté dessus telle une de mes figures préférées de contemporain. Ou alors je l'aurais ligoté pour qu'il m'embrasse enfin je suis sure que j'aurais réussi mais enfin ce n'est plus d'actualité. Alala le bon vieux temps!

-Ah mais j'aurais réussi !Faire de la danse ça aide, j'aurais utilisé mes notions de classiques pour que tu ne vois rien arriver ou alors je t'aurais sauté dessus comme une figure de contemporain. ou ligoté ? C'est comme tu préfères.

Je sourie ,usant de ma petite bouille d'ange et lève les mains genre mode "Je n'ai rien dis je suis innocente".

- Bon j'attends, j'ai soif moi!

J'eus le droit à une remarque de sa part, bien que j'avais compris qu'elle sans mauvaises intentions , je feins d'être blessée donc j'arrête de rire et me mis à bouder en lui tournant le dos.
Il me pris alors la main et la retira rapidement j'avais compris son message je le suivis. On entra à l'intérieur et on gravit les escaliers, bien sur, c'est injuste, il a vingt centimètres de plus que moi! Ces jambes sont gigantesques par rapport au mienne, grâce à ça, il arrive le premier sur son palier. Il me décocha un grand sourire puis rentre la clé dans la serrure.

- Que six étages à gravir! T'appelles ça du sport je préfères quand c'est plus extrême... lui dis-je en insistant bien sur le extrême.

Je lui fait un clin et j'entre dans son loft. J'observe attentivement, il y a une mezzanine , de grandes fenêtres et une douce lumière qui se révèle petit à petit dans tout le loft. C'était pas encore vraiment meublée mais ça restait joli.

- Bon je t'offre quoi ?

- Un truc de bon ça serait bien ! ... Ooops ... euh rappelles toi ce que je prenais il y a dix ans.

Je lui fit un sourire innocent pour m'excuser de ma petite gaffe .

- Et sinon , ton métier, c'est quoi? T'es devenu expert comptable?
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Ven 30 Mai - 13:29

-Ah mais j'aurais réussi !Faire de la danse ça aide, j'aurais utilisé mes notions de classiques pour que tu ne vois rien arriver ou alors je t'aurais sauté dessus comme une figure de contemporain. ou ligoté ? C'est comme tu préfères.

:.. Paul lève les yeux aux ciel. Elle n'a pas tant changé que ça finalement, si, peut-être encore plus d'imagination. Il râlait intérieurement seulement car au final ce genre de candeur lui manquait à Londres. A l'époque, il était bien plus farouche que maintenant. A l'époque embrasser était pour lui déjà un serment. Cela lui rappela ses propres années de collège et l'étude de Cyrano de Bergerac, d’Edmond Rostand, poète français et quelques vers lui revinrent en mémoire : « Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui veut se confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer... ». Paul avait été romantique à une époque, son père venait tous les soirs raconter une histoire de princesse à Elisabeth et comme il partageait la même chambre, il partageait également les mêmes rêveries. Mais c'était avant qu'il rencontre Scott et que celui-ci le pervertisse... Aujourd'hui, il embrassait les lèvres de celles qui voulaient bien les accepter et cela ne signifiait plus grand chose. Le romantisme de Paul avait disparu en même temps que son rêve de trouver le grand amour. Il murmura tout de même.

- Oh, je ne suis pas le genre d'homme à se laisser ligoter...

:.. Elle bouda un peu pour sa remarque, mais Paul avait déjà une petite sœur et de nombreuses petites amies derrière lui. Il savait comment dénouer les tensions, comment sans parler, sans faire monter la tension, il fallait prendre les demoiselles.

- Que six étages à gravir ! T'appelles ça du sport je préfères quand c'est plus extrême...

 :.. Il repéra son clin d’œil et s’esclaffa de nouveau. Elle voulait le tourner en bourrique, pas sûr qu'elle y arrive. Paul avait un humour semblable et la situation l'amusait fortement. C'est sûr que six  étages pour une demoiselle qui pratiquait la danse à haut niveau ce n'était pas grand chose mais pour Paul, dont le seul sport constituait à aller courir 1h30 deux fois par semaine ce n'était pas négligable.

- Un truc de bon ça serait bien ! ... Ooops ... Euh rappelles toi ce que je prenais il y a dix ans.

 :.. Paul haussa un sourcil, sourit discretement, mais ne répondit rien. Il se souvenait de ces journées où il venait vers 17h chez sa jeune voisine pour tenter de lui enseigner quelque chose de plus. Ses parents étaient rarement présents à la maison. Paul, qui adorait la cuisine depuis tout petit avait instauré l'habitude d'un petit goûter pour discuter une petite demi-heure avant de travailler. Ses cours étaient payés de la même façon qu'ils durent une heure ou deux. Il refit les gestes qu'il n'avait pas fait depuis une dizaine d'année. Il attrapa une casserole. Deux-trois carrés de chocolat noir, sortit du lait et une demi-gousse de vanille, compléta avec un peu de lait d'amande. Son appartement était vide mais ses placards étaient déjà plein de nourriture, de même que son frigo. Paul aimait cuisiner et aimait recevoir. Il avait l'intention d'ailleurs de déposer quelques gâteaux au Rocks on the Roof l'après-midi afin que celui-ci soit un peu plus attractif pour les touristes souhaitant se poser à l'ombre et profiter de quelques spécialités de la vieille Angleterre.

- Et sinon , ton métier, c'est quoi ? T'es devenu expert comptable ?

- Oui, je suis devenu expert ! J'ai travaillé pendant quatre ans dans un cabinet d'expertise. D'abord en tant que simple agent puis je suis devenu associé. Puis j'ai revendu mes part et j'ai été recruté dans une plus grosse structure où je faisais des missions pour le ministère de l'économie et des finances. C'était bien, c'était différent et surtout économiquement très confortable. Des déplacements, des réunions à animer, des équipes à solidariser et des papiers à signer... J'étais à un poste plutôt important. Mais j'ai eu des soucis et j'ai un peu dérapé. Je me suis mis en arrêt maladie pendant deux mois et quand je suis revenu je n'avais plus le même goût au travail. Alors me voilà maintenant ici à Savannah, propriétaire de bar. Comme quoi la vie !

:.. C'était grossièrement résumé. Il avait essayé de paraître le plus naturel possible en parlant de ses « soucis » et avait fait en sorte de regarder la casserole plutôt que Skye à ce moment là. Il versa le chocolat chaud crémeux et mousseux dans deux tasses complètement différentes. Une rose avec une  anse épaisse et une verte avec une citation de Shakespeare, Songe d'une nuit d'été « Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste », mug qu'il avait récupéré de chez ses parents, ramené d'un de ses frères lors d'une sortie de classe. Il servit la tasse rose à Skye avec un grand sourire.

- Tiens mademoiselle, j'espère que tu aimes toujours ça !


:.. Il mit de l'eau dans la casserole et s'assit sur l'un des deux chaises. Il espérait que le goût soit le même, les produits américains n'étaient pas de la même marque qu'en Angleterre mais il s'était assuré de prendre des produits de bonne qualité, sans trop de sucre et de graisse rajouté.


Dernière édition par Paul W. Swisher le Ven 30 Mai - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Ven 30 Mai - 19:47

Paul W. Swisher ∞ Skye H. Manning
Rencontre inattendue avant d'aller faire un jogging
Paul venait de me faire un résumé de sa vie professionnelle, tout en me servant ce la boisson que j'adorais boire lorsqu'il venait chez à Londres vers dix-sept heures pour me faire bosser mes maths. C'était simplement des morceaux de chocolats noirs avec du lait et un peu de vanille. C'était bon et ça l'est encore, délicieusement trop bon. Même après être partie de Londres, j'ai toujours continué à en boire, bon c'était jamais vraiment qui le faisait car je suis une quiche professionnelle . A L.A j'ai réussi à dégueulasser la robe Chanel de ma mère , que j'avais essayer pour une soirée entre amis, et lors de la soirée je me suis fait cette boisson mais je ne raconte pas l'état dans lequel s'est retrouvé la robe de ma mère. J'ai été puni de sortie pendant 1 mois mais je faisais le mur mais chuuut faut rien dire. A Montpellier , à Paris  , j'ai enchainé les gaffes niveau cuisine , c'est un peu pour ça que j'ai toujours été en coloc car c'est vraiment la catastrophe niveau cuisine, je ne suis vraiment pas bonne à marier. Honte à moi. Il m'a parlé de sa vie professionnelle mais pas de sa vie amoureuse et je ne vois pas l'ombre d'une petite amie dans ce loft.
Il me tendit la tasse et je la pris dans mes mains.

- Et côté cœur? Elle est où ta chérie?T'en as pas?

Je bus un coup, l'odeur chocolaté, arriva jusqu'à mes narines, ça sentait tellement bon. Hum. La boisson m'a complètement réchauffé et apporté un peu de douceur dans mon cœur. Et m'a rappelé pleins de souvenirs drôles et gaffeurs et ceux de bonheurs. A Londres les moments partagés avec Paul lorsqu'il venait chez moi et qu'on goutait avant de démarrer les cours ou plutôt ce qui se transformait en moments de séduction . Ceux passés avec mes amis de L.A et mon premier petit ami lorsqu'on passait des moments romantiques ensembles et où il me préparait cette boisson. Mais penser à lui me ramène à de mauvais souvenirs , quand il m'a annoncé qu''il me quittait, mon cœur se pinça, j'avais tant donner pour rien, je fronça les sourcils.  Sans oublier les soirées pyjamas en filles toujours à L.A. Et aussi mes études à Montpellier, les soirées en boite de nuit où je buvais plus de la vodka que du chocolat je l'avoue mais lors de nos moments qu'entre danseurs, on buvait ça, lorsqu'un de nous n'avait pas réussi une épreuve, on allait tous dans sa chambre le réconforter avec du chocolat chaud, cette boisson magique.  En parlant de coloc, je sais pas du tout quelle heure il est et Eden doit m'attendre si j'ai dépassé le délai et j'avais promis de l'aider ce matin avec la machine à laver!

- Euh Paul, il est quelle heure? Eden doit m'attendre.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Ven 30 Mai - 23:45


- Et côté cœur ? Elle est où ta chérie ?T'en as pas ?

:.. Alors que Paul était entrain de boire, il déglutit une grosse gorgée de chocolat qui le fit tousser un peu. Skye avait le chic pour poser les questions qui fâchaient. Deux ans auparavant, il aurait peut-être perdu toute contenance. Aujourd'hui, il avait son deuil. Même s'il n'aimait pas trop en parler, il était capable d'exprimer son état amoureux.

- Non, pas de Madame Swisher pour moi ! Je vais devenir un vieux gars que veux-tu ! Mais je suis d'accord avec toi, ce serait tout de même gâcher la marchandise !

:.. Il lui fit un clin d’œil avec un grand sourire. Paul aimait rire de ce qui pouvait faire mal et avait de l'autodérision à revendre. C'était sa façon à lui d'affronter ses soucis. Il fallait bien une manière de toutes façons. Parfois, il avait besoin d'écrire, parfois cela passait mieux dans une petite blague. La page de Savannah s'écrivait devant ses yeux et il attendait avec impatience de connaître la suite.

- Et toi alors ma belle ? Ne me dit pas que l'on déjeune en célibataire, ce serait trop triste !

:.. Triste... Ou pas en fait. Qui avait dit qu'être célibataire c'était être triste ? Etre célibataire c'était se construire tout seul. C'était prendre des décisions en autonomie, comme un adulte responsable. Etre célibataire c'était se concentrer sur soi, sur ses sentiments et ses envies. Parfois Paul était heureux de sa condition. Bien sûr, il aurait préféré être avec Emily à construire un nid d'amour et voir courir ses enfants autour de lui mais, la vie ne lui avait pas donné la capacité de choisir entre Emily ou le célibat. Elle lui avait offert le célibat ou une autre qu'Emily... Celle-ci n'était plus dans les choix possibles et il ne pouvait pas vivre éternellement dans le passé. Sa mère lui avait dit un jour que pour chasser un amour, il fallait en connaitre un autre, et bien aujourd'hui, il n'avait pas d'autre amour et c'était la solitude qui lui convenait le mieux.

- Euh Paul, il est quelle heure? Eden doit m'attendre.

:.. Ah oui, pas d'horloge chez Paul, non pas encore, même le four n'était pas encore réglé. Il se leva pour aller regarder son téléphone.

- Il est 7h29 exactement ! Qui est donc cet Eden ?

:.. Eden étant un prénom mixte, Paul jouait dessus. Bien qu'il se douta bien qu'un rendez-vous à 7h30 ne devait pas être un rendez-vous amoureux. Ou bien c'est un drôle d'amoureux... Non, il aurait dit, une colocataire car les appartements étaient spacieux ici et il y avait souvent deux noms sur la boite aux lettres ou alors un collègue de travail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Sam 31 Mai - 23:07

Paul W. Swisher ∞ Skye H. Manning
Rencontre inattendue avant d'aller faire un jogging
- Non, pas de Madame Swisher pour moi ! Je vais devenir un vieux gars que veux-tu ! Mais je suis d'accord avec toi, ce serait tout de même gâcher la marchandise !

Je souris, ça m'étonne qu'il n'y ai pas l'ombre d'une petite amie, j'avais toujours supposé qu'avec toutes les qualités qui font de lui ce qu'il est, il aurait trouver une femme toute aussi charmante que lui. A croire que je suppose mal et je suis d'accord que c'est vraiment gâcher la marchandise, un si bel homme, célibataire, alalala mais qu'attend-t-il pour aller trouver la femme de sa vie?
Sur ces pensées, je porte la tasse à ma bouche.

- Et toi alors ma belle ? Ne me dit pas que l'on déjeune en célibataire, ce serait trop triste !

Sur ces mots auxquels je ne m'attendais pas, je manque de m'étouffer avec le chocolat  chaud que Paul m'avait aimablement servi. Ça pour ne pas m'y attendre, je ne m'y attendais pas à cette question. Oui j'étais célibataire et depuis un bon moment en plus, trop concentrée sur ma carrière précédemment, je n'ai même ni eu le temps, ni voulu tomber amoureuse et sortir avec quelqu'un depuis ma rupture de L.A . C'est pour ça que maintenant j'attends mon prince charmant , j'attends celui qui fera battre mon cœur mais personnellement je pense que le mien s'est fait renversé par une voiture parce que je l'attends toujours.

- Et si, on déjeune en célibataire...la vie fait vraiment ce qu'elle veut avec nous, nous ne sommes que des maudits pantins. Mon prince charmant a du se faire écraser par une voiture, ahaha.

Franchement j'en rigole de mon célibat mais franchement ça m'exaspère, j'aimerais me réveiller le matin dans les bras de mon amoureux, me faire réveiller par un baiser, juste des instants romantiques entre deux personnes qui s'aiment et des instants d'amour, de sensualité, de complicité, de fougue, d'engueulades, de rabibochages, de pardon, de je t'aime mais rien de tout cela ne m'a été accordé pour le moment. Je préfère changé de sujet avant que je me laisses gagné par la tristesse.


- Euh Paul, il est quelle heure? Eden doit m'attendre.
Il est 7h29 exactement ! Qui est donc cet Eden ?

A ma Eden, ma coloc d'amour quoi! Quand je suis arrivé en ville je cherchais un domicile si possible en coloc, une annonce était juste sous mon nez alors j'ai foncé et c'est une charmante jeune fille qui s'est pointé toute mimi avec un grand smile. On a discuté et on a du site accroché bref je l'adore cette nana.

- Eden? C'est ma coloc d'amour! et déjà 7h30, punaise c'est passé super vite faut j'y ailles, désolé Paul, j'ai promis à Eden de faire la machine à laver vu que je glande rien en cuisine.

Je finis ma tasse , le remercie d'un sourire pour m'avoir fait passer un très bon moment en sa compagnie. J'attrape ma bouteille d'eau et mon baladeur, lui fait un bisou sur la joue et m'enfuit très vite.

Salut Paul et merci , j'étais contente de te revoir! On se revoit plus tard! Bye
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning) Dim 1 Juin - 19:56

- Et si, on déjeune en célibataire... La vie fait vraiment ce qu'elle veut avec nous, nous ne sommes que des maudits pantins. Mon prince charmant a du se faire écraser par une voiture, ahaha.

:.. En entendant ça Paul se crispa. Il cru qu'il allait casser sa tasse sur la table. Son cœur commença à battre 100 kilomètres à l'heure. Il essaya de se calmer "Elle ne sait pas... Ne dit rien... Reste calme". Il déglutit lentement. Il profita qu'elle lui demande l'heure pour se lever et se forcer à penser à autre chose. Il réussit à maintenir un niveau d'émotion dan sa voix qui lui paru correct et arriva même à rebondir. Mais il n'était pas sur d'en avoir la force une deuxième fois.

- Eden? C'est ma coloc d'amour! et déjà 7h30, punaise c'est passé super vite faut j'y ailles, désolé Paul, j'ai promis à Eden de faire la machine à laver vu que je glande rien en cuisine. Salut Paul et merci , j'étais contente de te revoir! On se revoit plus tard ! Bye !

:.. Paul resta silencieux. Il accusa son baiser sur la joue et tenta un sourire. Il voulu dire "Merci ! Ca m'a fait plaisir aussi ! A bientôt !" Mais rien ne sorti de sa bouche. Il avait juste envie qu'elle parte. A chaque clignement des yeux, il revoyait Emily, son sourire, sa peau blanche et douce... Skye n'était plus là et Paul se retrouva seul avec ses sentiments. Les jambes un peu tremblantes, il alla refermer la porte derrière elle. Se collant contre cette dernière, il baissa les yeux. Les mots de le jeune fille tournaient en boucle dans sa tête, de même que le petit rire qu'elle avait eu : "Mon prince charmant a du se faire écraser par une voiture, ahaha"... Poignardé... Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eu de réminiscence aussi violente de la mort de sa tendre Emily...

- Tu ne crois pas si bien dire Skye..., murmura-t-il la voix tremblante.

:.. Il se laissa glisser contre la porte. Silencieux, en réflexion avec lui-même... Il cru qu'il allait pleurer mais les larmes s'arrêtèrent au bord de ses yeux. C'était d'autant plus dur à supporter... Ne pas pouvoir exprimer ce qu'il avait ressenti. Il aurait voulu hurler, mais ça n'aurait servit à rien. Il resta bien dix minutes, assis, à ne rien faire d'autre que contempler le vide. Son vide. Un vide qu'il n'arriverait jamais à re-remplir... La journée avait pourtant tellement bien commencé...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning)

Revenir en haut Aller en bas
 

En bas des immeubles, regardons l'aube se lever (feat. Skye H. Manning)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» immeubles en fete : prochaine édition le mardi 27 mai 2008
» Demain, dès l'aube...
» L'état civil de l'Aube est en ligne
» Les messagers de l'aube - BarBara MarciniaK
» AMIRAL AUBE - 1902 (CROISEUR)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPILY EVER AFTER :: Corbeille :: ► Anciens RPs
-