HEVA ferme ses portes, pour mieux les rouvrir ICI ! A très vite !

Partagez | 
 

 Faith ♣ Never Surrender

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Faith ♣ Never Surrender Mar 7 Oct - 21:33

Never Surrender
Croire. Espérer et s’enfoncer. Peut-être que je ne prenais pas la bonne décision en m’imaginant une seule seconde que Ade était vivante, peut-être que je me faisais tout un film sur pas grand-chose. Sur une ressemblance, un trait physique qui me la rappelait. Je savais qu’elle était partie, j’avais bien entendu les gens autour de nous. Mais.. Mais je refusais de m’imaginer une seule seconde qu’elle m’avait menti au point de se faire passer pour morte. Je refusais de m’imaginer une seule seconde que ce genre de chose avait réellement pu arriver. Comment pouvais-je alors en douter à ce point ? Comment avais-je pu foncer dans le tas au moment où mon regard s’était posé sur cet article ? Comment avais-je pu être ainsi ? Deux ans s’étaient écoulés et pourtant, cela ne changeait rien à la douleur qui me lacérait l’estomac. Je ne parvenais même plus à me sentir vraiment bien. J’avais uniquement l’impression que j’allais m’écrouler à chaque instant, à chaque seconde aussi. Je me sentais minable et j’avais beau faire de mon mieux pour aller de l’avant, ça ne risquait pas de s’arranger.

J’étais allé à Savannah et maintenant, je ne savais plus quoi dire. Ni quoi faire. Est-ce que j’avais bien fait de prendre la route ou est-ce que je me sentais juste ridicule parce que je n’avais pas les couilles de repartir ? C’était surtout de ça qu’il était question, en fin de compte, et il allait réellement falloir que je me remue le derrière. Si elle était réellement là, quelque part, c’était à moi de la trouver et à moi seul. Je n’étais pas certain d’en être capable, je n’étais même pas certain de voir mes recherches atteindre un réel but. Mais je restais certain que s’il y avait quelque chose à voir, j’allais le voir. Et au moins, en venant ici, j’étais certain d’une chose. Soit, j’allais vraiment la trouver et cela me permettrait de prendre une décision, soit, alors, je serais vraiment contraint de tirer un trait sur tout ce bordel. Et je n’étais même pas encore certain d’en être capable, même après deux années à tourner en rond.

Je devais vraiment être pathétique là, plongé dans mes pensées en allant et venant dans la rue. Je faisais les cent pas, un café à la main et je cherchais à voir où est-ce que je pourrais bien me décider à commencer mes recherches. J’avais  peur de poser des questions et que pouvais-je bien dire ? Parler d’Ade n’allait sans doute pas franchement me filer de coup de main. J’avais peur de foutre la merde. Si elle était partie, c’était pour une raison non ? Peut être ne voulait-elle-même pas me voir ?

Je continuais à faire les cent pas et alors que j’étais là, le nez dans mes pensées quand je percutais quelqu’un. Et pas n’importe qui. Bordel. Elle.

« Ade.. ? »

J’étais perdu, incapable de retrouver le fil de mes pensées. Elle était là, devant moi alors que cela faisait deux ans que je cherchais à faire mon deuil. Deux ans que j’essayais de la rayer de ma vie et voilà qu’elle revenait. Voilà qu’elle réapparaissait. Elle m’avait donc réellement menti ? Pourquoi ? Qu’avais-je fait pour qu’elle me mente ainsi.. ?


Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Mar 7 Oct - 23:52

Never surrender
   ian & adrienne ?
Vous et moi savons combien il est facile pour une vie de basculer. Il peut suffire de quelques secondes. Certaines personnes croient aux signes. Ca avait été le cas d'Adrienne pendant longtemps. Mais ce n'était pas le cas de Faith. Parce qu'elle avait vécu trop de choses sûrement et parce que jamais ô grand jamais, on ne lui avait envoyé un putain de signe pour lui dire qu'elle finirait par marier l'homme qui faisait chanter son père. Enfin ça commençait à dater tout ça. Il s'agissait de son mari et elle avait appris à le connaitre. A s'y faire surtout.

Enfin bref ce matin-là, elle s'était réveillée nue, bien emmitouflée dans ses draps. Il les avait visiblement remis en place pour qu'elle n'ait pas froid. Même si ce jour-là n'était pas une journée particulièrement fraiche, c'était un geste affectueux, ce qui n'était pas pour lui déplaire puisqu'entre eux les choses battaient un peu de l'aile. Il découchait de plus en plus souvent et Faith commençait à penser qu'elle n'était plus très attirante. Ce qui dans ce genre d'environnement n'est pas seulement blessant, mais dangereux. Il fallait qu'elle séduise, qu'elle soit convoitée pour qu'il se sente un homme.

Elle fit le tour des lieux pour s'apercevoir qu'elle était bel et bien seule. Le sort voulait que la cafetière ait rendu l'âme la veille et un peu dépitée, elle se dit qu'elle ne tiendrait pas la journée si elle ne commençait pas immédiatement par engloutir une belle tasse de caféine. Elle en avait besoin, de ça et d'une saloperie de cigarette. Elle souffla, agacée et alla enfiler des vêtements. Un t-shirt trouvé à l'arrache, bleu en fait, et pas très discret, sur lequel elle balança son habituelle veste en cuir et un espèce de keffieh, là-dessous son pantalon en cuir aussi avec ses chaussures à talons. Ce mélange assez surprenant lui donnait un look dépareillé mais pas si détestable.

Elle descendit rapidement l'escalier et passa devant Henry, qui était visiblement venu vérifier que tout allait bien. « Est-ce que je devrais m'inquiéter de savoir où il est ? » Non. Bien sûr la réponse était non, c'est pour ça qu'il était là à se demander où elle allait et à sembler se demander si tout allait bien pour elle. « Bon écoute, j'vais au Loggy, discuter un peu avec Annette, je rentre d'ici une heure. J't'appelle si besoin. » Il soupira mais s'écarta quand même. Au début, il avait été un véritable chien de garde avec elle, mais elle lui avait fait pas mal de crasse pour avoir un peu de liberté. Eclater ses pneus, le prendre en joue même une fois. Et maintenant Henry la considérait vraiment comme une régulière.

Il la rapprocha du centre et repartit en moto. Faith continua à pieds et se retrouva finalement au centre. Les gens du coin la connaissaient. Avec eux, les habitants lambda, elle n'était pas forcément désagréable, tant qu'on l'emmerdait pas.

Enfin ça aurait pu être le cas, si cet idiot qui tournait en rond n'était pas venu la bousculer. « Ah putain ! » Il lui avait renversé du café dessus, et ça brûlait sévèrement. L'envie de jurer comme un charretier lui prit. Toutes les insultes lui vinrent à l'esprit. Mais elle finit par entendre la voix du jeune homme et ce n'est pas ce surnom du passé qui l'interpela mais une voix qui lui était bien familière.

Elle finit par poser ses yeux sur lui et ouvrit la bouche. Il passa une ou deux secondes avant qu'elle finisse par lâcher un simple « Non. » Après quoi elle passa à côté de lui continuant son chemin vers le café.

Elle était maintenant de dos et quelque chose tournait dans sa tête. Ce n'était pas réel, elle ne s'était probablement pas encore réveillée en fait. Ade ? Ce n'était pas son nom. Elle ne pouvait plus le porter et ce garçon ne devait pas être là. Pas après deux ans. Non décidément la vie n'avait besoin de quelques secondes pour basculer...
Code by Silver Lungs


Dernière édition par A. Faith Wilde le Mer 8 Oct - 10:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Mer 8 Oct - 8:54

Never Surrender
Le café coulait sur son haut alors que je n’étais plus vraiment capable de prononcer d’autres mots. Toute cette histoire m’échappait et me semblait étrange. C’était flippant et, par la même occasion, j’avais beau chercher une explication, rien ne m’arrivait. Rien ne semblait m’être facile. Elle n’était pas censée être là. En réalité, je ne pouvais pas nier que j’avais secrètement espéré qu’elle ne serait pas là. D’une manière ou d’une autre, je n’étais venue à Savannah que pour en finir une fois pour toute avec le passé, avec les souvenirs. Certes, je ne pouvais dissimuler réellement ma joie, que de la retrouver. Mais elle était cachée sous mon incompréhension, là, sous ma peine et mon désespoir. Parce que malgré tout ce que l’on pouvait en dire, malgré tout ce que l’on pouvait prétendre, je ne pouvais pas nier que cela n’avait pas eu de réel sens. Tout ce bordel était ridicule. Et je n’avais pas envie d’en savoir plus, je n’avais pas envie d’en découvrir davantage. Je ne le supportais pas, tout bêtement. Je n’y comprenais pas grand-chose, de base, mais là, c’était encore plus étrange, encore plus perturbant aussi. Adrianne était en vie et elle me l’avait caché ! Comment étais-je supposée vivre avec une douleur pareille hein ? Il était impossible pour moi de supporter quelque chose de ce genre, il était impossible pour moi d’aller de l’avant. Que je le veuille ou non, d’ailleurs. Mais cela n’avait rien de simple, ça ne l’était jamais, de toute manière, quoique je puisse en dire.

Lorsqu’elle prétendit que ce n’était pas elle, je passai une main dans mes cheveux en tentant de comprendre. Nous ne nous étions pas vu depuis près de deux années et pourtant, je ne pouvais m’empêcher de la trouver tout aussi magnifique qu’elle ne l’avait été par le passé. Elle semblait plus mature mais également… Plus sombre, pour une raison qui m’échappait lourdement. Mais il était évident qu’elle était différente et, aussi, qu’elle ne voulait pas me parler, je le sentais, au fond de moi, et cela n’avait absolument rien de plaisant.

Elle me tourna le dos, alors que je tentais de comprendre ce qu’elle me voulait. Pourquoi vouloir partir ? Etais-je stupide au point d’être aussi peu utile ? Je n’y comprenais vraiment rien. Pourquoi me détestait-elle ? Qu’avais-je fait ? Dans le fond, j’avais forcément fait quelque chose, puisqu’elle était là, à me repousser, à tout faire pour m’éloigner d’elle. Il ne pouvait y avoir une bonne raison à tout ça, et il me fallait le comprendre. Que cela me soit simple ou non. Tout ceci me rendait dingue, malgré tout, et me poussait vers une migraine. Je voulais comprendre mais rien n’allait m’être facile, dans tout ça. Et rien ne pourrait, alors, me permettre d’avancer, si je ne comprenais pas.

« Qu’est-ce qu’il t’arrive. Tu m’expliques ? »

Ma voix n’était presque qu’un murmure. Elle m’avait dit qu’elle était morte, elle m’avait menti pour disparaître de ma vie. Ne m’avait-elle donc pas aimé ?

« Tu m’as dit que tu étais morte.. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Mer 8 Oct - 10:15

Never surrender
  ian & adrienne ?
Bien sûr ce devait être affreux pour Ian. Pas qu'elle puisse réellement s'en rendre compte en vérité puisqu'elle avait passé des mois à se faire du mal en pensant à lui, elle était un peu comme vaccinée. Elle ressentait quelque chose en le voyant, comme un petit pincement mais surtout elle espérait qu'il ne soit pas là. Parce qu'il représentait un danger, ça elle s'en souvenait. Un danger à sa propre personne autant qu'à celle d'Ian. Elle avait presque eu de la chance finalement de le rencontrer en pleine rue. Si quelqu'un les avait vu, cela ressemblait à une rencontre quelconque avec un touriste lambda, Henry n'était pas venu, pour le moment il n'y avait pas de quoi s'inquiéter.

En revanche, lui semblait complètement perdue. Même si sa physionomie ne lui était presque plus familière, c'est la demande au secours lancée par ses yeux qui la mit sur la voie. Cependant cela ne l'empêcha pas de tourner les talons, elle savait plus ou moins qui il était. Mais il appartenait à une autre vie, un autre coeur, un autre temps. Il ne pouvait pas refaire surface deux ans après et foutre en l'air l'équilibre précaire de lequel elle vivait.

Alors que son pied droit précédait son pied gauche, et inversement, la menant à chaque pas plus loin de son amour de jeunesse, elle croisa deux habituées du café qui la saluèrent de son prénom. « Salut Faith ! » Elle leur répondit poliment d'un signe de tête et se retourna enfin vers Ian. Secouant la tête et faisant une moue désolée elle finit par dire :

« Je suis désolée mon mignon, y a pas de "Ade" ici. J'm'appelle Faith et personne ne me tutoie à moins que j'en ai décidé autrement. »

Basiquement elle venait de dire au garçon que la Ade en question était probablement morte. Ca lui faisait un peu de peine pour lui. Elle réalisait plus ou moins que c'était d'elle dont elle parlait, mais ça lui semblait tellement loin que ça aurait pu tout aussi bien s'agir de quelqu'un d'autre.

« Je suis navrée pour elle et pour toi. Maintenant si tu veux bien m'excuser j'vais prendre un café dans une tasse plutôt que sur mes seins. »

Elle se disait aussi qu'il allait sans doute vouloir en prendre un aussi. Là par contre, prendre un café en tête à tête avec un garçon comme lui. Elle reposa ses yeux sur son visage avant d'ouvrir la porte. Dieu sait qu'elle comprenait pourquoi elle avait un jour pu succomber à son charme. Il était terriblement craquant avec sa gueule d'ange. Faith était maintenant habituée à être entourée d'homme d'au minimum une quinzaine d'année plus âgés. Ca la surprenait donc. Elle sentait que les souvenirs n'étaient pas loin, si elle étudiait son visage quelques instants de plus, quelques instants de trop. Ses lèvres pulpeuses par exemple, finiraient forcément par lui faire ressentir des frissons, mais elle se détourna de loin. Elle entendit les clochettes résonner lorsque l'air s'engouffra dans le magasin et s'approcha du comptoir.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Jeu 9 Oct - 10:47

Never Surrender
Il m’était impossible de vraiment comprendre ce qu’il était en train de se passer. Je ne pouvais pas nier que la croiser ici, déjà, était le comble de la surprise. Croiser quelqu’un que l’on avait pensé mort, cela n’avait pas grand-chose de sain, déjà, à la base. Mais en même temps, à côté de ça, il me semblait relativement évident que tout ceci n’avait été qu’un mensonge. Est-ce que cela rendait la situation supportable et plus facile à comprendre ? Absolument pas, au contraire, justement, puisque je devais maintenant me persuader que tout n’avait été qu’une blague des plus insupportable et douloureuse. Comment aurais-je pu, une seule seconde, me mettre à croire sérieusement qu’elle allait me mentir sur sa vie ou quelque chose comme ça ? Je ne pouvais juste pas le supporter et cela allait sans doute finir par me briser le cœur, quoi que je puisse bien dire à propos de tout ça, d’ailleurs. Mais cela n’avait rien d’évident. J’étais paumé, cherchant un sens à tout ce bordel. A quoi bon me mentir et prétendre que les choses allaient bien se passer ? Comment pouvais-je agir comme si je n’étais pas blessée hein ? Parce que je l’étais. Je l’étais tellement que cela me brisait le cœur. J’étais perdue et j’avais beau chercher une explication à tout ça, rien ne semblait me venir. J’avais mal au cœur, comme une nausée qui me prenait les tripes et qui voulait tout nettoyer. Mais mon cœur avait été brisé déjà, et il ne pouvait pas l’être à nouveau maintenant.

Elle faisait comme si elle ne me connaissait pas, ou presque, je ne pouvais m’empêcher de ressentir quelque chose d’étrange, dans sa façon de me parler. Et je ne pouvais, par la même occasion, pas nier que je ne pouvais douter qu’il s’agissait vraiment d’elle. Non, je ne connaissais pas sa famille mais imaginer une sœur jumelle, c’était bien trop gros. Je refusais de le croire une seule seconde ou même, de l’imaginer. C’était bien trop difficile et étouffant, en fin de compte. Elle était désagréable en tout cas, et presque flippante. Loin d’Ade, ou en tout cas, loin de celle que j’avais aimée. La fille qui se trouvait devant moi était insupportable, étouffante et malsaine. Je ne voulais rien d’elle. Et pourtant, il y avait ce quelque chose, au fond de moi, qui persistait à vouloir me faire croire que c’était elle, qu’elle était cette fille que j’avais aimé si longtemps. Et je continuais à refuser de le croire parce que bordel. C’était ridicule. Je savais que l’on pouvait changer en deux ans, moi-même, je n’étais plus la personne que j’avais été. Mais à ce point, c’était étrange. Surtout qu’elle répondait au prénom de Faith et que les gens la connaissaient sous ce nom quoi. J’avais bien trop de mal à comprendre tout ce bordel, en tout cas.

« Tu te fous de ma gueule… »

Je n’y comprenais rien et si je ne l’avais pas autant aimé par le passé, et si ce sentiment n’était pas encore un peu là, sans doute n’aurais-je pas hésité à prendre le large aussitôt. Je n’aurais jamais demandé mon reste. Et pourtant, il était absolument hors de question pour moi de prendre la tangente. Pas avant d’avoir eu le fin mot de toute cette histoire. Et j’en avais vraiment besoin. Je la regardais, impuissant, tentant de s’éloigner et je refusais d’imaginer qu’elle puisse me faire un coup pareil. Je refusais de croire une seule seconde qu’elle allait me lâcher là, comme ça, comme une vulgaire merde alors que je ne voulais qu’une chose, je voulais seulement qu’elle m’explique ! Si elle ne voulait plus de moi et bien, soit, je n’allais pas la pousser à bout au point d’insister pour en savoir plus ou ce genre de connerie. Je n’étais pas fou non plus. Je voulais comprendre et j’estimais que c’était mon droit.

J’attrapais son bras, pour l’empêcher de s’éloigner, un voile de colère me traversant le regard. Je voulais comprendre et il était absolument hors de question pour moi de laisser les choses se passer ainsi. Vraiment hors de question. Je voulais comprendre et oui, peut être que cela n’avait rien d’évident. On n’allait pas me le reprocher non ?

« Putain mais qu’est-ce que tu me fous ?! Tu me dois une explication bordel ! Tu m’as fait croire à tellement de vent ! »

J’allais partir, c’était évident. Qui qu’elle puisse être devenue, je ne voulais pas connaître cette personne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Jeu 9 Oct - 16:20

Never surrender
  ian & adrienne ?
Pourquoi, mais pourquoi était-il venu à Savannah ? Ça ne pouvait pas être une coïncidence. La ville était presque quatre fois plus petite qu’Atlanta et à plus de quatre heures de route. Sur toutes les villes au monde, n’allez pas faire croire à Faith qu’il s’était retrouvé dans celle-ci par hasard. Pourtant Faith était bien certaine de n’avoir laissé aucune trace d’elle. Pas une adresse, une signature… Elle ne pouvait pas croire qu’il l’ait cherché. Après tout ce temps. Deux ans. Elle avait souvent pensé à ce qu’ils avaient pu ressentir, là-bas, chez eux. Chez elle, aurait-elle pensé auparavant. Mais ce n’était plus le cas depuis bien longtemps. Et là face à lui, elle devinait un fantôme. Elle-même. Mais peu importe ce qu’il pouvait penser, ce soir-là, elle était bel et bien partie. Elle avait dit adieu à une vie pour en commencer une autre. Et même après coup, elle pensait avoir choisi la bonne solution. Elle s’était imaginé qu’ils pourraient faire leur deuil. Faith pensait que la savoir morte, était moins difficile que de n’avoir aucune idée de là où elle pourrait être. Les familles des portés disparus était celles qui vivaient éternellement dans le doute et l’attente, même si un jour ils finissaient par se rendre à l’évidence. Son « décès » était aussi censé leur éviter ça.

Maintenant qu’il était là, tout finirait par lui revenir au visage comme une claque. Ces choix qu’elles n’avaient pas vraiment eu le plaisir de réfléchir. Des circonstances l’avaient poussé à tout laisser derrière elle sans se retourner. A ce moment-là, il n’y avait aucune raison pour qu’elle se projette deux ans en avance. En vérité, elle ne pensait pas y survivre aussi longtemps de toute façon.

D’aussi loin que Faith se souvienne, Ian était plutôt un garçon doux, sa réaction la surprit. Non pas qu’elle ne soit pas habituée à la violence des mots comme des gestes, mais curieusement venant de lui, cela la gêna. Elle se tut à sa première réflexion. C’était normal qu’il soit choqué par la façon dont elle venait de lui répondre. Elle aurait souhaité qu’il y croie. C’était évident qu’elle ne pouvait répondre comme ça au milieu de la rue à un inconnu l’appelant sous le nom d’ « Ade ». Sans prêter plus d’attention aux agressions verbales de son interlocuteur, Faith prit quelques secondes pour analyser la situation. Un touriste venait hurler sur elle, sous les yeux de tous. Elle ne pouvait clairement pas laisser passer ça sans éveiller les soupçons. D’un autre côté si elle s’énervait, les choses avaient encore plus de chances d’arriver aux oreilles du réseau.

« Putain de junky ! » lâcha-t-elle assez fort.

Discrètement cependant elle lui fit un signe. Mais pas n’importe quel signe. Adrienne était née avec une légère déficience auditive qui était censée s’aggraver. Elle a, avec ses parents, apprit la langue des signes, au cas où ce devait arriver. En langue des signes elle lui dit donc « Calme toi et viens. »

Jamais elle n’avait pensé que son apprentissage pourrait se révéler utile à ce point. Elle posa sa main sur celle du jeune homme et l’arracha de son emprise. Une fois entrée dans le café, elle traversa la salle comme si elle se trouvait chez elle. Elle fit un signe à la personne derrière le comptoir et entra dans une salle visiblement plus intimiste, où ne se trouvait que deux tables ; libres.

Sans un mot, elle s’assit à une chaise, passa une main sous la table à la recherche de micro. Elle connaissait l’endroit, mais c’était devenu un tic.

Sans préambule, elle lui lança alors tout bas, presque dans un murmure :

« Tu vas nous faire tuer. »


Et pour la première fois elle releva les yeux vers lui et le regarda vraiment. Ce n’était pas réel, elle n’y croyait toujours pas. Il ne savait pas dans quoi il s’était fourré. Le pauvre, il fallait absolument qu’il parte de Savannah. Elle ne savait pas quoi ressentir. Pour le moment elle avait ce sentiment habituel de ne rien ressentir. Pas étonnant puisqu’elle bloquait ses émotions depuis si longtemps. Alors comme elle ne pouvait pas faire ressortir ses sentiments, elle imagina la situation de son point de vue. Retrouver sa petite amie supposée morte depuis deux ans. Elle se sentait laide tout à coup, face à lui, elle n’était plus celle qu’il avait connu, si innocente. Elle était salie. Elle soupira.

« Ne pose pas de questions, je t’en prie. Quitte Savannah et vis comme si tu n’étais jamais venu. »

Elle ouvrit son sac à main et en sortit un coffret métallique dans lequel se trouvait ses cigarettes. Elle ne tarda pas à s’en allumer une.

« Je ne t’ai pas menti. Tu ne trouveras pas d’Adrienne ici. Je suis Faith. Je suis désolée. Et je préférais que personne ne voie Faith avec un étranger qui se permet de lui hurler dessus dans la rue, d’accord ? »

Elle avait parlé calmement et sans l’agresser. Elle saupoudra le cendrier et se leva pour regarder par la fenêtre.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Ven 10 Oct - 17:52

Never Surrender ✩
Ade Faith & Ian Schmidt
Elle pouvait faire ce qu’elle voulait. Et ce n’était certainement pas moi qui me serais mis à prétendre le contraire. Elle était libre et elle n’avait pas hésité une seule seconde à me le montrer en disparaissant de mon existence pendant deux longues années. Je ne lui demandais rien et il était évident que je n’allais pas rester comme un parfait crétin si elle ne voulait plus de moi. La réalité faisait mal, c’était un fait. D’une certaine manière, elle m’avait probablement quitté parce qu’elle ne m’aimait plus et que je n’avais pas les couilles pour le supporter. Elle avait préféré prétendre être morte ? Très bien, je ne voulais pas lui faire croire le contraire. Je n’étais plus cet imbécile faible, mais je ne pouvais pas non plus nier que cela m’aurait sans doute brisé encore plus. Quoique, je me sentais tellement minable là, tout de suite, que j’étais bien incapable de savoir ce qui aurait été plus facile pour moi et je ne voulais même pas avoir à y réfléchir, trouvant la situation bien assez ridicule comme ça. C’était moi qui passais pour un gros con dans l’histoire en plus. On ne pouvait pas nier que je me serais épargné le prix du trajet, si j’avais su que ça se passerait comme ça. Sans doute aurais-je même préféré ne pas la voir, en arrivant. Peut-être que les choses auraient été plus simple, ainsi. Mais n’était-il pas trop tard maintenant ? Si bien sûr, alors puisque j’étais là, j’osais espérer qu’elle allait me laisser comprendre. C’était tout ce que je demandais, après tout.

Elle m’insulta de junky avait de me dire de la suivre, en langage des signes. Je n’étais pas capable de comprendre dans quoi elle avait pu mettre les pieds, en arrivant ici, mais j’avais au moins la chance de comprendre ce qu’elle me disait avec les mains. Une autre preuve que le temps nous avait bien trop attaché l’un à l’autre, et qu’il était absolument hors de question pour moi de partir dans une autre direction sans plus d’explication. Ce n’était pas pour moi. Je me foutais de ce dont elle parlait, mais je voulais vraiment comprendre. Et je ne partirais pas sans ça. D’ailleurs, il en était parfaitement hors de question, en réalité. Malgré tout, je ne savais pas si j’allais vraiment être capable d’assumer tout ce bordel bien longtemps. Je le voulais, et je ne pouvais donc pas prétendre le contraire, mais j’étouffais devant cette fille dont je ne savais plus rien. Puisque c’était surtout de ça dont il était question. Je ne connaissais plus cette fille. Et franchement, je n’étais même pas certaine de vouloir entendre parler d’elle. C’était sans doute ce qui s’avérait être le plus dur à assumer.

Ainsi donc, elle prétendait que j’allais nous faire tuer. Ah oui ? Dans ce cas, ça voulait dire qu’elle était dans un quelconque danger. Ce que j’étais incapable de comprendre même si je le voulais. Enfin bon, pour le reste, je ne voulais pas vraiment en apprendre davantage. Je ne voulais comprendre que pourquoi elle m’avait quitté. Elle parlait de danger, est-ce que de ce fait, elle prétendait qu’elle était partie pour me mettre en sécurité ? Non, ça, je n’étais pas capable de le comprendre. Mais quoi qu’il puisse y avoir, je m’en foutais plutôt pas mal, en fin de compte.

« Tuer ? Tu te fous de moi ? Attends, tu joues à dire que tu ne me connais pas et maintenant, tu prétends que l’on est en danger ? Et que par ma faute, on va mourir ? Ne me fais pas croire que tu n’es pas en train de te moquer de moi, s’il te plaît »

Il m’était en tout cas impossible de disparaître de tout ce bordel, je n’en étais tout bonnement pas capable. C’était le bordel, évidemment. Je refusais de partir pour faire comme si je n’étais jamais venu. Comment pourrais-je faire ça hein ? Je ne lui demandais rien bordel, je voulais juste comprendre ce bordel et elle ne pouvait pas me reprocher de vouloir avoir une explication de tout ça. Elle ne pouvait pas m’en vouloir parce que je voulais comprendre.

« Il m’est impossible de ne pas poser de question. Tu déconnes. Je veux savoir pourquoi est-ce que tu m’as fait ça. Je ne demande rien de plus »

Je ne sais pas qui elle était devenue dans cette ville, ni ce qu’elle faisait. Je découvrais qu’elle fumait et je découvrais également que qui qu’elle puisse être, elle était une peste imbue d’elle-même. Je ne comprenais pas ce qui lui était arrivée, mais ici, elle était quelqu’un et je ne prétendais pas qu’elle était quelqu’un de bien, je voyais bien que ce n’était pas le cas.

« Pourquoi ? Parce que t’es la reine de cette ville peut être ?! »
 
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Sam 11 Oct - 10:49

Never surrender
  ian & adrienne ?
Libre ? Non, elle ne l’avait pas été. Faith commençait seulement à réaliser que c’était peut-être dans l’intérêt de tout le monde qu’Ian finisse par apprendre la vérité. Il devait se monter des chars plus gros les uns que les autres. Avait-il oublié sa tentative de suicide ? Certainement pas après tout, c’était lui qui l’avait retrouvé, lui semblait-il. Enfin même si ce n’était pas le cas, c’était de là que tout avait commencé, pour lui au moins. Ça, au moins, c’était vrai. Elle avait voulu mourir. Et pas seulement ce jour-là. Des jours et des jours après celui-ci, elle avait souhaité qu’on ne l’amène pas à l’hôpital, que la personne qui l’avait retrouvé soit arrivée juste une dizaine de minutes plus tard. Elle avait voulu recommencer. Mais elle n’en avait plus trouvé la force ? Non ce n’était pas tellement ça. Non, si elle avait fait une nouvelle tentative, tout le reste aurait été vain. Son mariage, son arrivée à Savannah. Il fallait que Davis envoie de l’argent à son père. C’était ça, qui l’avait retenue en vain aussi longtemps. Et qui l’avait retenue à Savannah aussi, parce que bien sûr, elle avait pensé à s’enfuir. Mais pour aller où ? Directement chez elle, retrouver sa famille ? Chez Ian en pleine nuit pour lui expliquer toute cette folie ? Impossible. Ils l’auraient retrouvé dans la seconde. Ian serait devenu fou, il serait revenu ici autant de fois que nécessaire pour l’en sortir, et il aurait fini étaler sur un carreau, un filet de bave aux lèvres et le sang coulant de sa poitrine, là où l’impact de la balle aurait perforé son corps si parfait.

Alors il pouvait bien penser ce qu’il voulait, qu’elle n’était plus qu’une put*** d’idiote prétentieuse, mais Faith savait par quel cheminement de pensées elle en était arrivée là. Elle était profondément meurtri de voir le mal que ça lui avait fait. Elle avait espéré que ses sentiments pour elle ne soient pas aussi intenses que ceux qu’elle lui portait. Qu’il puisse aller de l’avant, vivre son deuil les premiers mois et finir un jour par retrouver le sourire en regardant une jolie blonde. Une fille qui incarnerait la douceur et l’élégance. C’est vrai qu’elle l’avait imaginé au bras d’une autre, parfois avec le sourire et l’espoir d’une belle tournure de vie, d’autres fois avec un mal de chien et une jalousie qui n’avait plus sa place.

Et maintenant il était là et elle voyait dans son regard quelque chose qui malgré la carapace épaisse voire infinie qu’elle s’était créée ces dernières années lui faisait mal. Le dégout. Il lui renvoyait l’image de ce qu’elle était devenue. Au début ça avait été difficile pour elle, mais là où elle vivait on appréciait cette femme forte et dure, en fait on lui donnait de l’importance. Alors qu’on avait dénigré la petite fille presque pure qu’elle était à son arrivée. On reconnaissait Faith pour ces nouveaux traits de caractère. Ca avait été plus facile à accepter, plus facile de se regarder en face quand les gens valorisait celle qu’elle était devenu. Mais dans les yeux d’Ian, elle ne voyait plus que celle qui avait détruit la fille qu’il aimait. Elle n’avait pas plus de valeur qu’une meurtrière. Là, face à lui, elle avait l’impression d’être celle qui lui avait volé « Ade ». Et merde. Ca faisait mal.

En fait, c’était sûrement pour ça qu’elle s’était levée. Qu’elle lui tournait le dos et regardait plutôt dehors, c’était plus simple. Et puis aussi parce qu’elle n’arrivait pas à gérer tout ce que sa venue ici produisait en elle. Elle qui avait passé tant de temps et d’efforts pour faire taire ses souvenirs, fallait-il vraiment qu’ils viennent la traquer deux ans plus tard, sous la forme d’Ian. Quelle cruauté.

Sa première réaction ne suscita chez elle aucune émotion. Bien, il n’y croyait pas. Pourquoi est-ce qu’il y croirait après tout. Tout devait lui sembler mensonges. Alors pourquoi lui dirait-elle la vérité maintenant ? Même elle n’était pas sûre de ce qu’elle devait faire. Oui, il y a quelques secondes elle se disait qu’il fallait tout lui dire à présent, mais il y a quelques secondes, elle s’était aussi souvenue pourquoi elle ne l’avait pas fait plus tôt. Ian avait changé cependant.

Quand elle entendit ses secondes paroles, elle hocha la tête et tourna les talons pour retourner auprès de son sac à main.

A cet instant il l’agressa une fois de plus et la femme violente qu’elle était devenue eu bien du mal à se maitriser. On ne lui parlait pas comme ça. Personne. Pas même Ian. Sauf qu’avec lui, elle ne pouvait décidément pas réagir comme avec les autres.

« Tais-toi. » siffla-t-elle simplement comme une claque.

Elle en sortit son portefeuilles, y trouva sa carte d’identité et la plaqua contre la table devant lui. Sur celle-ci on pouvait lire trois choses intéressantes. « Faith », son prénom, qui pour quelqu’un qui l’avait connu aussi bien qu’Ian devait soulever des questions. La foi ? La foi en quoi ? « Wilde », ce qui amenait au troisième point « Mariée ». Ce dernier mot, rappelait son alliance qu’elle portait et qu’il avait peut-être vu quelques instants plus tôt alors qu’elle utilisait la langue des signes.

« Je suis mariée à Davis Wilde. Tu pourras faire tes recherches Google si ça te change. Il est propriétaire du casino de Savannah et de celui des deux villes d’à côté. Il tient également un club de strip-tease dont j’ai hérité la gestion. Il est à la tête d’un réseau aux multiples activités dont tu n’as pas envie de connaitre les détails. »

Elle marqua une pause et détourna les yeux.

« Papa était endetté jusqu’au cou et ma mère était en train de pourrir à l’hôpital. Minka venait de naitre. Il n’avait pas les moyens de payer les soins et de subvenir aux besoins d’un nouveau-né. Un soir quand je suis revenue chez moi, Davis m’attendait. Il voulait probablement me faire quelque chose qui ferait réagir mon père. Il tenait Minka. »

Elle s’arrêta mais cette fois, elle ne reprit pas. Non elle s’était promis. Ca faisait des mois qu’elle n’y avait plus pensé. Elle avait enfin réussit à passer au-delà des circonstances de leur union. Elle avait enfin tout accepté, elle ne voulait pas mettre de mots dessus.  Elle s’était promis, de ne jamais le dire à Ian. Elle sentait la colère qu’elle avait envers elle-même prendre le dessus et elle se retourna et donna un coup dans le mur.

« S’il te plait. Va-t-en. »


Il avait quelque chose dans la voix qui avait changé. C’était infime. Probablement indétectable parce qu’elle savait si bien rester neutre maintenant. Mais c’était une supplication de désespoir. Elle lui avait donné tout ce qu’il avait besoin de savoir. Le reste, elle ne l’avait peut-être pas dit, mais il pouvait aisément le deviner.

Code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Dim 12 Oct - 10:33

Never Surrender ✩
Ade Faith & Ian Schmidt
Lorsqu’elle me demanda de me taire, je ne compris pas tout de suite. Ce que je ne comprenais surtout pas, c’était pourquoi est-ce qu’elle se sentait contrainte de se comporter ainsi ? Pourquoi fallait-il qu’elle apparaisse comme une parfaite idiote ? Je n’y comprenais rien. Bien sûr que la situation n’avait absolument rien de simple, bien sûr qu’il n’était pas évident de faire en sorte que les choses se passent bien, maintenant que deux années s’étaient écoulées sous autant de mensonge. Mais à côté de ça, elle ne pouvait pas non plus prétendre que tout allait bien se passer ou quelque chose comme ça. Cela ne fonctionnait pas comme ça, et ce n’était certainement pas parce qu’elle me demandait de me taire que d’un seul coup, les choses allaient être plus simples à gérer. Cela ne fonctionnait pas comme ça et il était sans doute grand temps pour elle de s’en rendre compte. Ce n’était pas parce qu’elle me demandait de me taire que d’un seul coup, j’allais fermer ma gueule. Ce n’était certainement pas elle qui décidait de ce que ma vie allait devenir, ce n’était pas à elle de choisir ce que je voulais ou non, dire. Elle allait devoir faire avec. Je ne savais pas pour qui elle se prenait, mais je détestais pleinement cette personne qu’elle était devenue, ne voulant absolument rien savoir d’elle.

« Tu penses donc que parce que tu me demandes de me taire, je vais le faire ? Tu penses que c’est ainsi que cela fonctionne ? Laisses-moi te mettre sur la voie : Non. »

Elle pouvait me parler comme elle le voulait, ce n’était certainement pas ça qui allait y changer quelque chose. Cela ne fonctionnait pas comme ça, de toute manière, et ce n’était pas maintenant que ça allait arriver, de toute manière. Elle sortit son portefeuille pour me montrait sa carte d’identité et je me foutais de sa nouvelle identité. Je voulais comprendre pourquoi elle avait fait ça. Mais c’est là que je pus voir cette alliance, qu’elle portait au doigt. Elle était mariée, elle m’avait quitté pour un autre… Elle se mit à m’expliquer qui elle avait été, m’expliquant alors qu’elle s’était mariée avec quelqu’un de puissant, une chose que je n’étais pas capable de comprendre mais bref. Donc le genre de mec que l’on ne veut pas rencontrer dans la vie, qu’on fuit ou ce genre de chose. Cela me semblait pleinement ridicule et j’aurais beau dire ce que je voudrais, j’aurais beau prétendre que les choses n’étaient pas simples, sans doute que cela ne pourrait rien changer. J’imaginais qu’elle avait choisi sa voie. Mais elle poursuivit en disant qu’elle y avait été contrainte, pour sauver sa sœur.

« Et ? Tu l’as épousé pour protéger ta famille ? Tu m’as laissé tomber pour un con pareil ? Je veux dire.. Okay, je n’avais pas les moyens de te sauver, mais tu ne peux pas non plus dire qu’on n’aurait pas trouvé un quelconque moyen. Putain tu ne peux pas me balancer tout ça et me demander de partir, tu le sais hein ? J’étais prêt à tout pour toi, et toi, t’as pas été foutu de me dire les choses ?! Pourquoi ? »

Et bien non, je n’étais pas capable de comprendre où elle voulait en venir, parce que j’aurais tout fait pour elle. Cela pouvait sembler facile de le dire comme ça, bêtement, sans rien ajouter de plus, cela pouvait semblait con oui, de continuer comme ça alors que je n’aurais sans doute rien pu faire. Mais cela ne me dérangeait pas plus que ça, et ce n’était certainement pas moi qui allait lâcher l’affaire comme ça, juste bêtement.

« Et dans quoi tu trempes maintenant ? Tu couches avec lui aussi ? »

Mon regard était dur. C’était insupportable, de voir qu’elle m’avait quitté pour sauver sa famille sans même nous en parler. Elle avait feint sa mort, ce n’était pas rien bordel. Et qu’elle y ait été contrainte ou pas, je ne comprenais pas et je ne parvenais pas à assumer la situation. Il était hors de question pour moi de prendre le large. Je voulais comprendre, je voulais qu’elle m’en dise plus. Bordel, même malgré tout ce temps, je continuais à la trouver jolie. J’étais foutu.
 
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Dim 12 Oct - 11:35

Never surrender
  ian & adrienne ?
Il pouvait penser d’elle qu’elle était odieuse, mais plus ça allait et plus elle le trouvait tout aussi désagréable, donc elle ne devait pas lui dire de se taire, mais lui, il pouvait lui parler comme il le voulait ! Il pouvait la mépriser ouvertement, mais elle, elle n’avait pas à l’en empêcher, c’était le monde à l’envers. Elle leva les yeux au ciel et soupira. En vérité, l’agacement qui commençait à la gagner, témoignait de l’emprise qu’il avait toujours sur elle. Et ça aussi, l’agaçait. Du coup c’était un véritable cercle vicieux.

« Oh ça y est, commence pas à me faire la morale. J’te demande de te taire parce que tu poses des questions mais tu ne veux pas entendre la réponse de toute façon ! »

Et ça, il ne pouvait pas le nier. Elle le savait, qui aurait envie d’entendre qu’elle était mariée avec un mec louche et gérait un club de strip-tease. Ce n’était pas franchement le genre d’avenir qu’on espère pour sa petite amie, ou même une simple connaissance ! Et puis, il était tellement énervé lui aussi qu’elle ne voyait pas ce qu’elle aurait pu dire pour arranger les choses. Elle reprit une cigarette et l’alluma avant de tirer longuement dessus. Ca lui permettait des silences précieux, des secondes pendant lesquelles elle pouvait prendre le temps de se contrôler, de ne pas exploser, comme elle le faisait toujours. Ce tempérament tout feu tout flamme, qui valait des assiettes cassées chez elle. De toute façon il ne voulait pas réellement avoir affaire à elle, elle le voyait bien. Il était venu chercher Ade, et pas de chance, il ne la trouverait jamais. Si elle lui était tellement antipathique pourquoi ne partait-il pas alors ?!
En entendant ses accusations sur le fait qu’ils auraient pu trouver une autre solution si elle lui en avait parlé, elle ferma les yeux et laissa échapper de son nez la fumée.

« Et quoi ? Tu te serais retrouvé mêlé à ça ? »


C’est tout ce qu’elle réussit à répondre en premier lieu. C’est vrai, il n’aimait peut-être pas ce qu’elle était devenue, mais ça n’aurait pas été plus glorieux pour lui. Rongé par la haine, voilà ce qu’il serait devenu.

« Pourquoi je t’ai rien dit ? Mais putain, ça m’est tombé dessus du jour au lendemain. Il a débarqué, il a dit que si mon père ne lui rendait pas son fric, ça allait mal se passer. J’ai vu que je lui plaisais. J’l’ai utilisé, parce que oui, je suis désolée, je ne voulais pas qu’il s’approche de ma famille. Et je t’en ai pas parlé, parce que je voulais pas qu’il s’approche de toi et que j’étais trop occupée à me tailler les veines !! »


Elle finit la réplique en hurlant et porta la main à sa bouche, choquée par ses propres mots et les yeux troublés. Merde, pourquoi fallait-il qu’il lui rappelle tout ça.

En entendant ses derniers mots, elle ouvrit de grands yeux, quoi sérieusement, ils voulaient savoir s’ils couchaient ensemble ?! C’était ça l’une de ses premières questions ?!

« On est mariés, putain Ian ! Alors oui, on baise, t’es content ? »


‘Ian’, elle avait fini par prononcer son nom. La clope au bec, elle décida une fois de plus de s’éloigner de lui. C’était plus simple quand elle ne le voyait pas avec son regard accusateur. Elle posa ses deux bras tendus sur le rebord de la fenêtre, une position très masculine, elle dominait la ville depuis là. Mais d’un autre côté, elle tremblait. De colère peut-être mais aussi sûrement de mal-être. Ian ne lui aurait jamais parlé comme ça avant. L’homme qu’elle avait connu aurait cherché à se mettre à sa place, lui avait beau dire qu’il voulait comprendre, ce n’était pas le cas.
D’une voix sourde elle finit par lui dire :

« Je ne comprends pas ce que tu veux. Qu’est-ce que tu voulais entendre hein ? Que je t’avais quitté pour un autre ? Ca aurait été plus facile peut-être ? Que je ne t’aimais plus ? J’en sais rien moi, dis-moi. Dis-le-moi s’il te plaît. C’est pas grave si tu veux pas la vérité. Ca fait longtemps que je vis dans le mensonge, tu l’as dit toi-même. J’en suis plus à un près. »


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Dim 12 Oct - 18:49

Never Surrender ✩
Ade Faith & Ian Schmidt
Je ne pouvais pas vraiment nier le fait que je me montrais un peu insupportable sur les bords, un peu gauche également mais que cela me plaise ou pas, il n’y avait pas grand-chose à y faire, cela n’aurait pas eu de sens, de toute manière. Je parlais de compréhension, je parlais de faire quelque chose pour que les choses s’arrangent et tout ça, et pourtant, j’étais bien le dernier à vouloir réellement comprendre. Je bloquais sur le fait qu’elle m’avait menti et je devais réellement me montrer pathétique à son égard. Il allait juste falloir que je me reprenne et cela ne semblait pas être vraiment gagné, quoi que je puisse en dire, d’ailleurs. Après, je n’allais pas prétendre que je ne voulais pas entendre les réponses qu’elle avait à me donner. Certes, je me doutais bien du fait que ça n’allait pas être simple et que ça allait faire mal. Mais je m’en foutais. Je voulais tout savoir de cette histoire, point barre, que cela soit simple ou non, aussi, mais je ne pouvais pas jurer que tout se passerait bien, au contraire.

« Si je veux les entendre. Ce n’est pas pour rien que je suis là, à te poser ces stupides questions. J’aimerais comprendre ce que tu as fait depuis que tu t’es barrée en me laissant comme un con derrière toi. »

Mais bien sûr, cela n’avait rien de simple, ça, je l’avais assez bien compris, mine de rien.Certes, je voulais savoir, mais je restais persuadé de ne pas être capable d’assumer ce qu’il avait pu arriver, et je ne voulais même pas avoir à choisir, en fin de compte. Cela n’avait rien de simple, mais les choses n’en restaient pas plus simples, au contraires. Tout était bel et bien comme cela devait être. Et je me foutais bien des conséquences. Les gens étaient bien libres de penser ce qu’ils voulaient, cela ne changeait rien pour moi. Jamais.

« Je t’aimais tu sais ? Je m’en serais foutu, honnêtement, de me retrouver mêlé à tout ça. Et si tu ne t’en es pas rendue compte, je ne vois pas ce que je pourrais dire de plus »

J’avais été prêt à tout pour elle. Tous les sacrifices, tout ce qu’il m’aurait été possible d’affronter pour faire ma vie, à propos de tout ça. Rien n’était simple et rien ne l’était jamais, mais je m’en moquais tout autant. Je voulais juste qu’elle sache, je voulais juste qu’elle comprenne que j’aurais tout donné pour être auprès d’elle à travers les épreuves. Je ne savais pas ce qu’il aurait pu se passer mais ce n’était pas arrivé, quoi que j’en dise. Après oui, j’étais tout de même capable de comprendre qu’elle n’avait rien dit pour me protéger. Est-ce que j’avais réellement envie de savoir pour tout ce bordel ? Non, pas du tout, mais les choses étant arrivées, il n’y avait rien de plus à faire, et c’était justement ce qui foutait mon plan en l’air. Qu’elle m’en parle ne changeait rien. Je fus néanmoins choquée de voir qu’elle avait réellement tenté de mettre fin à ses jours et ça, ça ne me plaisait absolument pas. Je restais là, la mâchoire serrée, absolument incapable de savoir quoi dire, par rapport à tout ce bordel, mais en même temps, je ne pouvais pas non plus nier que cela m’amusait et c’était sans doute ce qui comptait, bien plus que le reste, d’ailleurs. Je ne savais plus quoi dire, tant je me sentais minable.

« Je suis désolé. Je.. Je ne devrais pas te forcer à parler comme ça. Je suis un gros con »

Je baissais les yeux, honteux à cause de la situation. Mais mon état changea presque aussitôt puisqu’elle me lâcha alors qu’elle couchait avec ce mec. Forcément, dans un mariage, ça pouvait être la base. Mais cette relation aurait pu n’être qu’un papier, malgré tout. Mais bordel, elle venait de m’appeler par mon prénom. Et je ne l’avais pas entendu depuis une éternité. Cela me rendait tout chose mais, en même temps, je refusais de l’entendre m’appeler comme ça. Je ne supportais pas cette sensation qui me tiraillait. Encore plus lorsqu’elle parlait comme elle le faisait. C’était pire que tout.

« Ne m’appelles pas comme ça, pas là, comme ça, s’il te plaît »

Mine de rien, il était évident que je ne savais pas comment se comporter et cela me brisait légèrement le cœur, quoique je puisse bien en dire. Ce n’était pas simple et je n’y comprenais pas grand-chose, mais j’aurais réellement tout donné pour que les choses s’arrangent, ne serait-ce qu’un peu.

« Je veux juste entendre la vérité. Okay ? C’est tout ce que je demande. »

Je plongeais mon regard dans le sien, je ne savais vraiment plus où j’en étais, j’étais paumé.
 
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Lun 13 Oct - 11:04

Never surrender
  ian & adrienne ?
En  le laissant comme un con ? Oh oui, ça devait être ça, le pauvre garçon elle avait blessé son égo pendant qu’elle devait s’habituer à être mariée à un homme de dix ans son aîné qui avait menacé sa famille. Pauvre Schmitt, sa petite amie l’avait quitté pour un tyran. Vraiment la vie était injuste. Voilà ce que pensa Faith, bien sûr, elle n’en laissa pas grand-chose paraitre. Peut-être lut-il un peu de mépris sur son visage dans les premières secondes suivants son intervention. Il faut dire aussi que c’était une attitude devenue naturelle chez elle. Cela ne dura pas plus longtemps que ça néanmoins, parce que c’était de lui qu’il s’agissait, que même s’il disait mal les choses, il essayait de lui dire qu’il avait eu mal en la perdant. Et ça elle le comprenait, parce que ça lui avait brûlé le corps et l’esprit pendant des mois. De le chercher dans les draps le matin.

Et là, il lui dit ce qu’elle ne voulait pas entendre. Il lui dit qu’elle l’aimait.
Et ça, tout au fond d’elle-même, elle l’avait toujours su, ça ne rendait pas les choses plus faciles bien au contraire. Ses mots suffirent à la calmer, à mettre fin à ses tremblements de nerfs. Elle s’était retournée pour le regarder sans même s’en rendre compte, délaissant derrière elle la vision de Mysterious Lane, qui n’avait plus d’importance pour elle.

A ce moment elle fit quelque chose qu’elle n’aurait fait pour personne d’autre, au lieu de retourner une fois de plus s’assoir en face de lui, elle alla s’accroupir au pied de sa chaise. Heureusement que Faith ne pouvait voir la scène d’un point de vue extérieur, elle ne se le serait jamais pardonnée. Une femme ne s’accroupit pas par terre. Et être par terre quand lui était sur une chaise, montrait qu’elle était en position de vulnérabilité, qu’il lui était supérieur. Mais Faith n’y avait pas réfléchi et Faith n’en avait rien à foutre. Elle avait envie de le toucher. Son visage ou ses mains, pour être sûre que tout ça était bien réel. Elle voulait lui faire comprendre que peu importait qu’il lui hurle dessus, et tant pis si la gérante du café finissait par en discuter avec les membres du réseau. Tant pis.

« Je sais. Moi aussi, je t’aimais comme une tarée. C'est pour ça que j’pouvais pas risquer que tu sois blessé. Je suis désolée. Vraiment. »


Il y a certaines choses qu’elle avait voulu lui éviter. Évidemment il avait dû faire face à d’autres. Sa mort. Et elle avait dû choisir entre lui dire la vérité et le mettre en danger ou lui laisser croire qu’elle était perdue pour toujours et espérer qu’il tourne la page. Depuis des mois maintenant, elle estimait qu’il avait probablement tourné la page. Et là, même en le voyant face à elle, elle n’arrivait pas à croire que ce n’était pas le cas. Elle avait toujours su que leur relation était profonde, sincère et unique. Mais pas à ce point. Pas au point que deux ans plus tard, il traverse le pays pour la retrouver, pas au point que malgré la personne qu’elle était devenue elle mourrait d’envie de le toucher. Pas au point qu’il réveille en lui des émotions, des sentiments, une partie d’Adrienne enfouie depuis toujours lui semblait-il.

Elle l’entendit s’insulter et ça lui fit plus mal que quand il lui hurlait dessus. Elle fit un mouvement de main vers son visage pour le relever mais elle se stoppa en l’entendant lui demander de ne pas l’appeler comme ça. Il ne voulait pas l’entendre de sa bouche à elle, alors il n’y avait qu’à imaginer le mouvement de recul qu’il aurait fait si elle avait eu le malheur de l’effleurer.

« D’accord. » souffla-t-elle seulement. Probablement blessée.

C’est enfin qu’il chercha son regard. Pouvait-il la regarder en face malgré tout ? Au fond elle en était impressionnée, elle-même n’avait plus réussit à se regarder en face pendant des mois. Elle en avait brisé des miroirs. Elle détourna les yeux, comme si ça lui était insupportable.

« La vérité alors. »


Il sembla qu’elle cherchait à reprendre là où elle s’était arrêtée. En réalité elle ne savait pas ce qu’elle pouvait lui dire. Lui voulait tout savoir, mais il y avait des choses qui seraient trop dures. Elle ne voulait pas lui faire traverser toutes ces épreuves. Elle ferma les yeux, asséchant ceux-là pour pas qu’ils ne la trahissent.

« A l’hôpital, ils m’ont perdu. Davis a fait venir un médecin plus compétent, il a payé le prix fort et il m’a sauvé. Le médecin a dit que je n’avais pas survécu et Davis m’a emmené avec lui. On n’est pas venus ici tout de suite, on a passé quinze jours dans des hôtels. A droite et à gauche. Il a plus ou moins essayé de « m’éduquer », me montrer comment je pouvais me conduire avec lui quand nous n’étions pas seuls. Quelle place j’aurais ici etc. Et puis on est arrivés ici, à Savannah. »

Elle marqua une pause, les yeux dans le vide, comme ont souvent ces gens pour qui plus rien n’a d’importance.

« Tu sais comme j’étais. Je devenais folle. J’avais envie de lui cracher dessus. Mais il a toujours été très correct avec moi, il dormait dans une autre chambre et j’ai compris à mes dépends que si je n’acceptais pas la situation, personne d’autre ne le ferait. J’étais regardée comme la petite princesse de 19 ans qui n’avait rien à foutre là. Et c’était dangereux de ne pas être respectée alors tu vois… j’ai du tout accepter. Et je suis devenue quelqu’un d’autre dans leur monde. J’m’occupe du club de strip-tease et parfois des paris aussi. Il me garde le plus loin possible de tout ce qui est illégal. Ca marche pas toujours très bien. »

Elle se redressa et s’assit sur la table avant de tirer une dernière fois sur sa cigarette et de l’écraser jusqu’à la dernière cendre.

« J’t’ai dit le principal, je crois. »


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Mar 14 Oct - 17:19

Never Surrender ✩
Ade Faith & Ian Schmidt
Je soupirais, alors qu’elle me disait qu’elle m’avait aimé, vraiment aimé et comme une folle. Notre histoire n’était pas comme les autres bien sûr, il y avait eu une certaine puissance entre nous que j’étais certain de ne pas retrouver de sitôt, et c’était probablement ce qui me dérangeait le plus. En la perdant, je m’étais persuadé que je ne pourrais sans doute plus jamais être amoureux comme ça, de quelqu’un, je m’étais bêtement convaincue que ce genre de chose n’arriverait plus et à force de me le répéter, c’était entrer en moi. Et je m’étais perdu au cœur de temps de mépris. Je n’étais plus rien sans elle, et ça n’avait pas changé avec le temps. Le temps ne pourrait sans doute rien réparer. Alors oui, peut-être qu’elle était désolée, mais elle ne pouvait pas voir à quel point j’avais changé, à quel point j’étais devenu quelqu’un que tout le monde haïssait. A cause d’elle, à cause de son départ. Je ne pouvais pas lui reprocher d’avoir voulu me protéger et pourtant, je continuais à le faire, tel un malpropre. Je ne parvenais pas à m’empêcher d’agir autrement. Et oui, je me trouvais minable. Mais qu’y pouvais-je, j’étais juste un homme.

« Et je suis désolé d’avoir du mal à pardonner. Je... Je suis devenu quelqu’un d’autre. Tu ne m’aimerais pas aujourd’hui »

Je baissais les yeux. C’était elle qui était partie, pour sauver ses proches, pour affronter un destin qui n’était pas du tout pour elle et pourtant, c’était moi qui était blessé, c’était moi qui ne parvenait plus à respirer. C’était moi qui étouffais, en fin de compte, dans cette étrange relation que devenait la nôtre. Je n’étais plus le même et j’étais comme incapable de pardonner. Je ne savais même pas pourquoi j’étais comme ça, mais ça brûlait là, au fond de moi. A tel point que je fus incapable de la laisser m’appeler par mon prénom, alors que je savais que cela lui faisait du mal. Elle savait que je n’aimais pas que l’on m’appelle comme ça, qu’elle était la seule que j’avais laissé faire, avec le temps. Pourtant, aujourd’hui, même elle n’en avait plus le droit. Je ne savais juste plus où j’étais, et il me fallait du temps.

Mon regard était planté dans le sien lorsqu’elle commença son récit et elle fut la première à détourner les yeux, alors qu’elle parlait. Je sentais, que j’allais trop loin, en lui demandant la vérité, je savais aussi que je n’étais pas vraiment capable de l’entendre me déballer son sac, je savais que je ne voulais rien de tout ça et pourtant, j’en avais malgré tout besoin. Je ne savais pas pourquoi mais j’avais besoin de l’entendre se confier à moi. C’était une nécessité, cela m’arrachait le cœur mais j’avais besoin de l’entendre. Et cela me fit bien plus de mal encore.

« Ça n’a pas dû être simple tous les jours... Hm… Je ne sais même pas quoi dire je suis désolé. Je me sens minable, de venir te poser autant de question alors que tu n’as peut-être même pas envie d’en parler. »

Je baissai les yeux, honteux.
 
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Mar 14 Oct - 18:19

Never surrender
  ian & adrienne ?
Faith n’avait pas eu à se convaincre de quoi que ce soit. Elle n’aurait jamais pu une seule seconde croire que ce qu’il y aurait entre elle et Davis serait aussi important pour que la relation qui l’unissait par la passé avec Ian. Et pourtant en quelques sortes, elle avait peut-être eu tort. Car si son mariage n’était que malsain, à son union avec Dave s’ajoutait le danger. Et le danger, même avec quelqu’un qu’on rejette, ça rapproche. Plus que son mari, il était devenu son allié, son protecteur. Alors son amour pour lui n’arrivait pas à la cheville de celui qu’elle avait porté à Ian, mais l’attachement avait fini par exister, là où elle ne l’attendait pas. Elle ne pouvait le nier. Mais face à son amour d’adolescence, à la regarder lui, elle ne savait plus si cela avait une quelconque importance. Elle était de toute façon en train de balancer ce sur quoi avait reposé son mariage dès le premier instant : son silence. Et avec celui-ci probablement sa sécurité. Mais si elle avait réussi à garder tout ça pour elle jusqu’à présent c’était bien parce qu’elle avait appris à vivre au jour le jour. A ne pas se soucier du futur, à ne pas se demander combien de temps elle pourrait encore vivre ainsi. Non ce genre de questions l’avait fui depuis longtemps. Seulement, là, près d’Ian, elle se les était posées.

S’il repartait maintenant… C’était trop tard, il avait chamboulé tout ce qu’elle avait bâti. En deux longues années de souffrance interne, à force de questions assommantes, qu’elle n’avait plus osé se poser. Il avait mis le doigt où ça faisait mal et Faith n’était pas sûre qu’elle aurait à nouveau autant de force et de courage pour pouvoir y faire abstraction. Pourrait-elle retourner au club demain sans se demander si elle ne veut pas faire autre chose de sa vie que de gérer un club de strip-tease ? Pourrait-elle retourner se coucher auprès d’un homme qui avait tellement d’ennemis qu’elle ne sortait jamais de la ville non accompagnée ? Pourrait-elle sourire à une femme et lui être reconnaissante car elle lui a appris comment se tenir, comment être déshumanisée. Car c’était toutes ces questions que soulevaient le regard blessé d’Ian. Toutes ces questions qui avaient laissés des cicatrices sur sa peau, quand elle cherchait un moyen physique de soigner son esprit.

« Je comprends, tu sais. Je ne te demande pas de me pardonner. A ta place, je n’y arriverais pas. » Elle sourit tristement en se rendant à cette évidence. Non, la vérité, c’est qu’elle n’aurait même pas envie d’apprendre à se connaitre, si elle devait se rencontrer dans la rue.

« C’est que tu ne sais pas qui je suis capable d’aimer aujourd’hui. »
acheva-t-elle en riant presque. Cette déclaration était presque triste. Elle était entourée jour et nuit d’hommes et de femmes qui avaient commis des crimes dont elle ne voulait rien savoir. Ils étaient loin d’être tous des meurtriers ; mais leur noirceur lui avait bouffé l’âme jusqu’à la moelle. Et à côté Ian, même le Ian d’aujourd’hui, ressemblait à un putain d’enfant de cœur.

Le problème avec le fait de dire la vérité, était juste là, face à elle. Elle ne voulait pas qu’il se sente mal pour elle. Elle se rendait bien compte qu’elle avait tout fait pour. Enfin que l’histoire qu’elle venait de lui conter, la sienne, ne pouvait qu’entrainer de la pitié. Et elle n’en voulait pas. Pendant longtemps c’était tout ce qu’elle avait espéré, qu’on compatisse et qu’on la sorte de là. Mais ce mouvement qu’il avait, lorsqu’il baissait les yeux était presque plus difficile à supporter que lorsqu’il lui hurlait dessus, les yeux pleins de haine.

« Non ce… c’est pas ça. C’est juste que j’ai appris à vivre avec. J’ai dû oublier et arrêter de me poser des questions, qui sont justement celles que tu me poses. Je sais que tu as besoin de réponses alors c’est légitime. Ce que je me demande, c’est ce que tu vas en faire. »

Comme il ne levait toujours pas les yeux, elle se permit finalement de remonter légèrement son menton, et retira aussitôt sa main, le touchant à peine l’ombre d’une seconde.

« Regarde-moi. Quand tu rentreras chez toi, tu pourras vivre avec ça ? J’vais m’en sortir, Ia… J’vais m’en sortir. J’ai tenu deux ans. C’est comme faire du vélo maintenant ! »

Elle lui fit un sourire. Ce qui avait quelque chose de surprenant sur ses lèvres. A elle, Faith.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Dim 19 Oct - 17:10

Never Surrender ✩
Ade Faith & Ian Schmidt
Bien sûr, il était abusé de ma part de prétendre que je ne pourrais sans doute jamais lui pardonner. Certes, ce n’était pas évident, de voir que quelqu’un vous a menti après qu’une certaine confiance aveugle se soit glissée entre vous. Mais je ne pouvais pas non plus nier le fait qu’elle ne l’avait pas vraiment fait de guetter de cœur. Pouvais-je vraiment lui reprocher de m’avoir abandonné pour protéger sa famille ? N’étais-ce pas là l’action la plus hypocrite et égoïste que je puisse faire ? Mais à côté de ça, je ne pouvais pas non plus négliger le fait que cela n’avait rien d’évident, ce n’était pas facile bordel, et j’avais beau faire ce que je voulais, je n’allais certainement pas me mettre à prétendre que les choses étaient différentes. Je ne pouvais pas nier le fait que ce n’était pas facile pour autant. Que cela me plaise ou pas, la situation restait telle que je ne supportais pas tout ça. Mon problème ne se situait pas dans le fait qu’elle m’ait laissé tomber, il se situait dans le fait que j’avais longtemps cru qu’elle allait tout faire pour moi. Qu’elle allait, en tout cas, tout me dire. Mais ce n’était, à première vue, pas l’heure pour les confidences, lorsque nous étions ensemble. Et cela me déprimait, encore aujourd’hui. Mais au moins, elle ne niait pas le fait que ça n’avait rien de simple, puisqu’elle-même, elle n’était pas certaine de pouvoir pardonner quelque chose comme ça.

« Ouais enfin.. Je ne suis pas censé être comme ça. Tu te souviens, j’étais le bon gars. Avant »

Mais le bon gars avait disparu depuis tellement longtemps qu’il n’y avait plus grand-chose à faire. Cela pouvait sembler étrange, sur bien des choses, mais je ne pouvais absolument pas nier le fait que ce soit étrange, même pour moi. Je n’appréciais que moyennement cette situation. Je n’y comprenais pas grand-chose mais il m’était impossible de me tracasser. Que cela me plaise, ou non, les choses étaient comme elles étaient. Et quand elle parlait d’amour, je ne pouvais pas non plus nier que je n’étais pas certain d’être capable, moi-même, de revivre une histoire comme celle qu’il y avait eu entre nous. Je l’aimais encore, sur ça, je ne pouvais pas prétendre le contraire, mais étais-je alors capable de faire comme si rien n’avait changé ? Je n’en étais pas vraiment convaincu…

Ce que j’allais faire de toute cette vérité ? Je n’en savais absolument rien, je ne pouvais pas le négliger. Mais à côté de ça, il fallait aussi considérer le fait que j’avais quand même besoin de le savoir, pour avancer, pour comprendre, ne serait-ce qu’un peu. Je comprenais facilement qu’elle ait pu vouloir oublier le passé, pour tenter d’aller de l’avant, pour tenter de faire en sorte de ne pas se paumer dans les bêtises, ou quelque chose du genre. Est-ce que cela voulait dire que c’était facile ? Non, bien sûr que non, pour la simple et bonne raison que ça ne l’était jamais. Et c’était tellement énervant qu’il n’y avait pas grand-chose de plus à en dire.

« Aucune idée. Mais je voulais savoir. Je.. Je trouve que j’avais au moins le droit de savoir »

Lorsqu’elle toucha son menton, il frissonna, et en même temps, il ne se sentit pas à l’aise du tout. Il n’avait pas été touché comme ça depuis trop longtemps, et cela ne lui plaisait pas vraiment. C’était désagréable et cela brûlait là, dans le coin. Le cœur sans doute.. Je ne savais pas si j’allais pouvoir vivre avec ça, quand je retournerais chez moi mais.. En fin de compte, je ne savais surtout pas si j’allais être capable de repartir.

« Tu sais… Je ne suis pas sûr d’être capable de repartir. Bordel, pourquoi tu ne prends pas le large ? »

C’était ce qui me paraissait le plus étrange, à propos de tout ça, c’était ce que je voulais comprendre.
 
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Lun 27 Oct - 17:15

Never surrender
  ian & adrienne ?
Elle hocha la tête, bien sûr qu’elle se souvenait. Il était le bon gars, celui qui lui donnait le sourire et des étoiles dans les yeux, celui qui lui donnait envie d’arrêter de rêver parce que ça n’avait plus d’intérêt tant elle avait déjà tout ce qu’elle pouvait désirer à ses côtés. Son amour, son amant, son ami, il remplissait toutes les fonctions, alors non, elle n’avait besoin de rien d’autre quand elle était près de lui. Elle se souvenait et c’était déchirant, ça lui arrachait plusieurs battements de cœur à chaque fois et les années n’avaient rien changé à ça. Elle hocha légèrement la tête pour lui dire qu’elle avait compris ce qu’il voulait dire par là. Elle soupira un instant puis reposa ses yeux sur lui.

« Et moi ? J’étais sensée être comment tu te souviens ? Arrête de t’en vouloir. On n’a pas pu faire autrement que de changer. »


Elle voulait qu’il s’accepte, qu’il arrête de se faire du mal. Elle savait ce que c’était que d’avoir du mal à se regarder en face et elle ne le voulait pas pour lui. Peut-être qu’il n’arrivait pas à retrouver en elle, la personne qu’elle avait été mais elle, le pouvait. Il était un peu différent, plus sombre sans doute. Mais il était venu jusqu’ici et elle savait que cette détermination était celle de l’homme qu’elle avait connu et aimé.

«T’as vieilli aussi. Ça te va bien. »


Il avait un visage plus marqué, plus homme que garçon. Il était encore plus beau maintenant, même s’il était plus sombre. Bien sûr une partie d’elle-même regrettait son côté enfant. Leurs façon d’être naïfs avait disparu et ne reviendrait jamais. Il n’y avait pas de marche arrière et leurs visages étaient là pour en témoigner.

Elle hocha la tête sans un sourire. Bien sûr qu’il avait le droit de savoir. Ca n’en était pas moins dangereux, pour elle comme pour lui maintenant. Elle soupira et releva les yeux qu’elle venait de baisser vers lui. Une question, qu’elle aurait dû lui demander depuis le début venait de lui apparaitre. Si elle n’y avait pas pensé plus tôt, c’est sans doute parce qu’elle avait trop surprise de le voir et puis que les questions d’Ian avaient été trop soudaines.

« En fait comment tu m’as retrouvée ? »


C’est vrai, elle s’était posée la question, mais pourquoi ne pas lui demander à lui. Puisqu’elle n’arrivait décidément pas à voir où elle avait merdé au point que son ancien amour traverse le pays dans la certitude de la retrouver. Et maintenant allait-il le dire à quelqu’un ? C’était à son tour d’avoir pleins de choses à lui demander, bien sûr elle n’était peut-être pas en position pour, mais il fallait qu’elle le fasse. Qu’elle mette les choses au clair.

« Ecoute. Tu ne vas pas aimer ce que je vais dire. Et tu auras le droit de me haïr pour ça. » Elle était mal, très mal de devoir lui répondre ça, elle n’en avait pas envie. Elle ne voulait pas le rejeter, mais ce serait mieux pour tous les deux. Il fallait qu’elle soit raisonnable, elle le savait. Il le fallait. Elle était là en train de se convaincre face à lui, elle prit donc une profonde respiration et poursuivit.

« Il le faut, Schmitt. Il faut que tu partes. Et que tu ne dises à personne ce que tu as vu. C’est-à-dire moi. Il y a pleins de raisons pour lesquelles je reste là. Te les citer n’arrangera rien. Mais je peux te dire une chose, si Ade était en vie, elle serait passible de prison pour usage de fausse identité et simulation de mort. Je pourrais même jamais reprendre mon identité si je le voulais sans aller en taule, tu vois… »


Ca, bien sûr, ce n’est que le dessus de l’iceberg. Elle ne voulait pas lui envoyer tout dans la figure comme si elle lui racontait une histoire pour enfant. Elle se rendait bien compte que chaque fois qu’elle ajoutait quelque chose c’était comme lui envoyer une claque dans la figure. Alors oui bien sûr peut-être allait-il lui dire qu’elle pouvait partir sous ce nom. Mais ce serait alors une autre question et une autre réponse tout aussi douloureuse.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Jeu 6 Nov - 14:29

Never Surrender ✩
Ade Faith & Ian Schmidt
Les souvenirs et la douce nostalgie. Disons-le, je ne me sentais pas prêt à repenser à tout ça, pas avec elle, juste en face de moi. Je ne voulais pas jouer au mec qui savait ce qu’il faisait parce que ce n’était pas le cas, en sa présence, j’étais paumé, j’avais beau faire le malin, j’avais beau tout faire pour que ça aille, ça n’allait pas et c’était justement ce qui me posait un problème. Je ne savais pas où donner de la tête, je n’en avais pas la moindre idée. Alors oui, j’étais parfaitement capable de me souvenir de qui elle avait été, cette fille que j’avais aimée et que je continuais à aimer, malgré le temps qu’il avait pu se passer. J’avais besoin de ne pas l’oublier, pour la simple et bonne raison qu’elle comptait pour moi et ce n’était certainement pas prêt de s’améliorer. Au contraire, d’ailleurs, les choses n’étaient pas simples et ne l’avaient jamais été. J’avais été prêt à faire bien des choses, et surtout, bien des erreurs. Souvent, j’avais voulu reprendre ma vie en mains, oublier ce qu’il avait pu se passer pour avancer, étant donné que cela risquait de me foutre dans la merde. Pourtant, ça n’avait jamais changé et ça, je ne le savais que trop bien. Je ne pouvais pas revenir en arrière, pour la simple et bonne raison que ce n’était pas comme ça que cela fonctionnait, ça n’avait jamais été comme ça, en plus.

« Pourquoi est-ce que je ne pourrais pas me reprocher de m’en vouloir ? J’ai changé pour devenir une grosse merde, pour devenir un parfait connard. J’ai changé, mais j’aurais préféré ne pas changer »

La vieillesse ne m’allait pas bien, je n’avais plus la force d’aller de l’avant ou même d’avancer, je n’en avais pas les couilles, pour la simple et bonne raison que ça n’avait rien de simple et ça pouvait aisément me foutre la merde, et me foutre dans la merde, tout ça. Je n’avais pas voulu changer, j’avais vieilli, oui, mais par le passé, je m’étais tout simplement dit que je le ferais dans le bon sens. Et pourtant, aujourd’hui, les choses étaient bien plus complexes, aujourd’hui, je ne savais tout simplement pas où aller pour que la situation s’améliore pour moi. Je savais que ça ne fonctionnait pas comme on pouvait le vouloir. Au contraire, mais il fallait que je fasse ça, il avait fallu que je change, je l’avais fait. Mais ça ne voulait absolument pas dire que je n’avais pas le droit de le regretter.

« Ca me va bien ? Si tu le dis… »

Et pourtant, il m’était impossible de remuer le couteau dans la plaie et je ne pouvais même pas me montrer désagréable, pour tout dire. Les choses étaient comme elles étaient et il n’y avait rien à ajouter, de toute façon. C’était ainsi, et il n’y avait rien d’autre à faire. Il fallait faire avec quoi. Que j’ai changé en bien ou en mal, cela ne changeait rien, et ça ne risquait pas de changer les choses de toute façon. C’était chiant à mourir, mais c’était comme c’était parce que je n’avais pas été capable d’arranger les choses. J’étais un homme, et j’imaginais que ça changeait beaucoup de chose. Est-ce que cela me plaisait ? je n’étais pas certain de pouvoir le jurer.

« Tu étais dans le journal. On ne voyait pas très bien mais je t’ai aussitôt reconnue »

J’aurais été capable de la reconnaître à des kilomètres, j’aurais facilement pu reconnaître son visage à des kilomètres à la longue, mais ce n’était pas facile et il allait vraiment falloir que je me reprenne, que cela soit simple ou non. Mais je me devais de faire avec. Je l’aimais et j’avais sincèrement cru tout au long de ma vie qu’elle était la femme de ma vie. Sauf que ce n’était pas aussi simple, ça ne l’avait jamais été. Et ça, c’était quelque chose qui convenait. Voilà tout.

Et elle me demanda de partir. Je n’étais pas prêt à le faire, je refusais de la laisser derrière moi dans cette situation où tout pouvait lui arriver, à tout moment. Cette vie ne lui convenait pas, il était impossible pour elle d’être heureuse, je ne pouvais pas le supporter, je ne pouvais pas le croire, pas une seule seconde, c’était évident.

« Peut être. Mais au moins, après un peu de prison, tu serais libre de quitter ce connard. »

Certes, l’idée de la prison, ce n’était pas la meilleure chose à faire, mais on ne pouvait pas nier que c’était la solution idéale, malgré tout. Ou alors, on trouverait quelque chose, oui, j’en étais convaincue, on y arriverait.


 
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Mar 18 Nov - 19:01

Never surrender
  ian & adrienne ?
Faith voyait bien qu’il luttait. En fait ça lui faisait du mal de la voir. Sûrement qu’au fond il aurait mieux fait de tomber sur une impasse, de venir ici mais de ne pas la trouver ou tout simplement de ne jamais avoir eu d’indices sur le fait qu’elle soit encore vivante. Oui c’était ce qu’elle avait voulu autrefois, qu’il ne sache rien et si au début elle avait vu à quel point son mensonge lui avait fait du mal elle se rendait bien compte que la réalité n’était pas plus facile à admettre et ça lui rappelait pourquoi elle avait pris cette décision qui lui avait coûté si cher. Il ne pourrait probablement plus jamais la regarder dans les yeux. Et puis au fond, ça ne devrait pas lui importer, elle était une femme mariée, une femme en ménage dans un couple très bancale certes, mais existant quand même. Elle ne savait pas comment faire pour qu’Ian le comprenne. Qu’il sache qu’au fond il y avait d’autres raisons au fait qu’elle ne soit pas partie. Une autre : son mari.

Mais le voir comme ça, ça la bouffait. Ca lui donnait envie de vomir, il se détestait et ça, ça c’était trop dur pour elle. Parce qu’elle l’avait aimé à en crever, parce que tous les souvenirs de lui, même si elle avait dû faire une croix dessus et les reléguer au second plan, c’était les plus beaux qui soient permis d’avoir. Parce que face à elle, même maintenant, il était magnifique et que c’était tout ce qu’elle voyait. Contrairement à lui, qui ne voyait qu’une hors-la-loi qui se prenait pour la reine de la ville. Lui, c’était un homme brisé. Mais un bel homme et elle avait envie de le prendre dans ses bras et de lui expliquer ça pendant des heures jusqu’à ce qu’il le comprenne. Qu’il sache quelle valeur il avait.

« Dis pas ça, s’il te plait. C’est totalement faux. T’es venu jusqu’ici pour moi. C’est que tu as le cœur toujours aussi bon, tout au fond. »

Elle releva les yeux vers lui. Elle ne pouvait pas le toucher, elle le souhaitait, mais elle avait senti le malaise du jeune homme lorsqu’elle avait posé sa main sur son menton. Et même s’il n’avait pas réagi elle ne pouvait pas faire un pas vers lui, même si ça la brûlait de l’intérieur. Elle n’en avait pas le droit, pas après l’avoir abandonné tout ce temps. Pas en sachant que les choses entre eux ne pourraient de toute façon pas s’améliorer. Et puis elle n’avait pas envie de revivre quelque chose de fort pour devoir une fois de plus y renoncer. Ce serait trop douloureux, elle se souvenait fort bien de l’état dans lequel ça l’avait mise il y a deux ans. Elle n’était pas sûre de pouvoir repasser par là.

« Oui. J’ai l’impression d’avoir un homme face à moi. On était des enfants, toi et moi. »

En disant cela, ses yeux se perdirent dans le vague. Elle revoyait leur silhouette au lycée. Elle se demandait pourquoi les deux adolescents qu’ils étaient n’avaient pas réussi à aller de l’avant. Ils n’étaient que des amours de jeunesse, tout le monde en avait eu. Et pourtant, plus tard ils se mariaient, fondaient une famille et ce n’était généralement pas avec le petit ami ou la petite amie qu’ils avaient au lycée. Et pourtant, ils étaient bien là, dans cette salle reculée du café, l’un face à l’autre. Elle avait envie de lui dire qu’il était encore plus beau que ce qu’elle avait imaginé qu’il deviendrait, mais elle ne le fit pas. Peut-être parce qu’elle avait perdu l’habitude de complimenter les hommes, de peur qu’on se fasse de fausses idées sur ses intentions. Ou simplement parce que ça ne faisait plus partie de son tempérament. Surtout peut-être parce que Schmidt n’apprécierait pas ces mots, qu’elle n’avait plus le droit de les dire.

« Dans le journal ?! » Elle réfléchit. Ah oui… peut-être bien, l’autre jour dans la rue, il y avait un reporter quand elle était passée. Elle avait été imprudente. « Oh quelle idiote. » Elle ferma les yeux. D’une part parce qu’elle s’en voulait de ne pas avoir évité le photographe et cachée son visage et par ailleurs parce que cette dernière phrase laissait entendre que si elle avait fait plus attention, il ne l’aurait jamais retrouvé et que c’était ce qu’elle aurait voulu.

« C’est pas ce que je voulais dire, excuse-moi. » Elle s’écarta de lui. Elle ne savait plus quoi dire sans faire de boulettes. Il n’y aurait de toute façon pas de mots pour redresser leur situation.

« Non. La prison ? T’es dingue. Davis a des gens à lui en prison. Il fait même des affaires depuis l’intérieur. Il deal, il revend et certaines infos lui viennent de ses partenaires. Ils sont en prison et les gardiens sont pourris jusqu’au cou. »

Elle marqua une pause. La prison, ce n’était même pas la raison pour laquelle elle restait vraiment.

« Cette vie. Je sais ce que tu en penses. Moi aussi, je le pense. Il n’y a pas un matin où je me réveille avec l’envie d’être la femme d’un homme à la tête de réseaux de toutes sortes. D’être la gérante d’un club de strip-tease. Mais c’est tout ce que je connais maintenant, tu vois ? J’ai pas d’autre famille que celle-ci. Les filles du club, ce sont mes filles. Et lui c’est… c’est mon mari. »


Merde ça faisait mal à dire.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender Mar 2 Déc - 15:11



J’avais encore bien du mal à imaginer ce qui venait de me tomber dessus. Tout ça, c’était n’importe quoi et rien ne semblait être capable de m’aider à arrêter de planer, il était temps, grand temps pour moi, d’accepter ce qui se jouait devant mes yeux. Non que cela soit réellement facile, au contraire bien sûr, mais je ne pouvais pas nier que cela n’avait rien d’évident, c’était même… Le plus gros bordel qu’il m’ait été possible de supporter et si cela n’avait tenu qu’à moi, je n’y aurais même pas cru. Comment le pouvais-je, tant cette histoire semblait tirée par les cheveux hein ? Tout avait changé, tout était si différent que je ne savais même plus où donner de la tête. J’étais perdu, avec toute cette histoire, totalement paumé que j’étais persuadé que mes phrases ne pouvaient signifier ce que j’endurais, à cause de tout ça. Nous savions, de toute manière, que cela ne rimait à rien, et il était grand temps pour nous de nous remettre à affronter ce bordel. Ce n’était pas simple et sans doute ne le serait-ce jamais, mais c’était à nous et à nous seul de faire ce qu’il y avait à faire. La fille que j’avais connu, celle que j’avais aimé était là, juste devant moi et pourtant, elle n’était plus qu’une ombre dans mon sillage, je ne parvenais pas à imaginer quelque chose d’aussi dur, quelque chose d’aussi insupportable à croire. Je ne savais même pas quoi lui dire, tant cette situation continuait à m’échapper. Je voulais que l’on m’explique, que l’on m’aide à reprendre les choses en mains, mais encore une fois, cela ne fonctionnait pas ainsi. Encore une fois, je parvenais à me perdre dans tout ça.
 
Quand elle prétendit que mon cœur était toujours aussi bon, un rictus se dessina sur mes lèvres. Je ne parvenais pas à croire à une chose pareille, à même l’imaginer. Comment pourrais-je croire une seule seconde que mon cœur pourrait être bon à l’intérieur, alors que ma première intention, en venant ici, avait été une manière de croire qu’elle n’était plus là, une vaine tentative bien sûr, mais j’avais tenté d’y croire, malgré tout, malgré ce que l’on aurait pu en dire. Mais il n’y avait rien à faire pour que la situation s’améliore et je refusais de croire une seule seconde que cela pourrait aller en s’arrangeant. Comment l’aurais-je pu, de toute manière. Cela ne fonctionnait pas comme ça, cela n’avait jamais fonctionnait ainsi, de toute manière.
 
 « Si tu le dis… Mais tu ne sais pas qui je suis devenu »
 
Tant de temps avait passé et elle ne pouvait pas le nier. On ne pouvait pas faire comme si rien n’était arrivé, comme s’il ne s’était rien passé, parce que cela ne fonctionnait pas comme ça, c’était impossible. Et il était grande temps pour eux de s’en apercevoir. Parce que bordel, il n’y avait pas de solution magique, il n’y avait rien à faire pour que les choses puissent s’arranger, d’une manière ou d’une autre. Nous étions loin l’un de l’autre, bien sûr. Trop loin maintenant, pour imaginer que cela pourrait d’un seul coup s’améliorer. Mais je persistais à y croire. C’était quelque chose que l’on ne pouvait pas me retirer, j’en étais convaincu. Alors non, elle ne pouvait pas faire comme si elle continuait à me connaître, elle ne pouvait pas prétendre savoir que j’étais quelqu’un de bon, parce que ce n’était pas ainsi que cela fonctionnait, cela n’avait jamais marché comme ça, de toute manière.
 
 « Des enfants oui. Nous avons tous les deux changés »
 
Et c’était là que toute cette histoire devenait différente, quoi que l’on en dise, c’était là que cela se compliquait parce que c’étiat à cet instant que justement, tout semblait partir en vrille. Nous n’avions été que des enfants ? Non, pas seulement et il n’était pas uniquement question de ça, entre nous, j’espérais donc qu’il pouvait le comprendre, bien que rien dans cette situation ne puisse vraiment le permettre. Que cela m’aille ou non, nous étions des adultes et si nous avions été des enfants, lorsque nous étions ensemble, alors il n’y avait pas grand-chose à ajouter… Du moins, de mon point de vu, mais comment le jurer. Je ne savais même pas quoi dire pour prétendre que cette situation me convenait comme elle était. Cela ne fonctionnait pas comme ça, et ça n’avait jamais marché, de toute manière. Il était juste temps pour les gens de s’en rendre compte, bien que cela n’ait rien de facile à assumer.
 
Et oui, je l’avais vu dans le journal et au vu de sa réaction, cela n’aurait jamais dû arriver, je le voyais bien et je pouvais facilement le comprendre. Est-ce que cela voulait dire que c’était facile à accepter, non. Elle n’avait pas voulu être dans le journal, encore moins être retrouvé et ça, il était grand temps pour moi de m’en rendre compte. Peut-être que ce n’était pas facile, peut-être qu’il n’y avait d’évident mais bordel, pourquoi fallait-il qu’elle continue comme ça hein ? Pourquoi fallait-il qu’elle se comporte comme si tout ça était normal ? Cela ne fonctionnait pas comme ça et j’espérais qu’elle allait finir par s’en rendre compte. Si elle avait réussi à garder sa cachette, jamais je n’aurais pu venir.
 
 « Oui, quelle idiote hein.. », dis-je avec sarcasme.
 
Elle s’excusa et s’écarta de moi mais cela ne changeait pas ce qu’elle venait de dire. Je savais qu’elle l’avait pensé, qu’elle aurait aimé que je ne vienne pas et c’était sans doute pour cette raison qu’elle faisait tout ce qu’elle pouvait pour que je reparte. Non que j’en sois réellement capable, mais je voyais bien que c’était ce qu’elle voulait.
 
 « Et donc quoi ? Tu préfères mener cette vie de merde jusqu’à la fin de tes jours ? »
 
Elle m’énervait, je commençais à péter un câble et j’avais de plus en plus vraiment envie de prendre le large. Je refusais d’imaginer qu’elle puisse être réellement aussi idiote. Il y avait des systèmes de protections de témoin, et bien d’autres choses encore pour qu’elle puisse s’en sortir mais je voyais bien la réalité de toute cette histoire. Je voyais bien que le gros du problème ne se trouvait pas dans ce qu’elle faisait. Elle ne voulait pas faire de prison. Et… Bordel, cela m’énervait au plus haut point. J’avais envie qu’elle comprenne qu’elle ne pouvait pas continuer sur cette voie, qu’elle ne pouvait pas mener une telle vie de débauche sans craindre les conséquences. Et elle ne pouvait absolument pas s’en plaindre non plus, si tout ça ne lui plaisait pas, pour la simple et bonne raison qu’elle ne semblait pas prête à faire quelque chose pour que cela s’arrange.
 
 « T’es pathétique. »
 
Oui, peut-être que cela allait lui faire du mal, mais je n’en avais rien à foutre. Ca commençait vraiment à me prendre la tête. Et elle, elle ne se rendait vraiment compte de rien, je ne pouvais que m’en rendre compte, à force.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faith ♣ Never Surrender

Revenir en haut Aller en bas
 

Faith ♣ Never Surrender

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Faith ♢ What's the matter baby don't you think i look prettier like this ?
» La musique sur grand écran
» Ma famille de BJD: Sooah - Faith Mirror's Edge pg 6
» Don Faith reposera à Arlington
» Faith Owens aka Cymo [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPILY EVER AFTER :: - Savannah - :: Historic District :: ► Coffee-O-Logy
-