HEVA ferme ses portes, pour mieux les rouvrir ICI ! A très vite !

Partagez | 
 

 Keenan ft. Nora - If you keep building these walls, soon I won't see you at all

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Keenan ft. Nora - If you keep building these walls, soon I won't see you at all Sam 22 Nov - 23:29

If you keep building these walls, soon I won't see you at all.
Nora Chesbury & Keenan Castiel

If I'm somewhere else it doesn't mean that I don't see, that you don't trust yourself, that's why you don't trust me, it makes me crazy.



Voilà déjà deux semaines que je me suis rendu chez Nora. Deux très longues semaines où le sommeil, le calme et la sérénité avec totalement disparus de mon monde. Comment pouvait-elle avoir cette influence sur moi ? C'était depuis notre rencontre, le plus grand mystère pour moi. Je ne comprenais pas et j'étais persuadé de ne jamais comprendre. Vous connaissez cette sensation de subir votre vie plus que de la diriger ? De se sentir doucement perdre totalement les pieds et avoir juste l'impression de devenir un spectateur de votre propre vie ? Et bien, c'est exactement l'état dans lequel je suis en ce moment. Au fond, je n'ai rien changé de mes habitudes et justement, j'ai la terrible impression que c'est ça le problème. Après tout, j'ai appris que j'allais devenir père et je n'ai absolument rien changé à mon quotidien. Je suis toujours le terrible Castiel, patron de bar à ses heures perdues, grand méchant la majeure partie de son temps. Je suis actuellement posté derrière le bar miteux de mon établissement, servant des clients vraiment peu recevable, me permettant de les juger intérieurement alors que je ne valais strictement pas plus qu'eux. Je leur imagine une vie, toutes plus glauques les unes que les autres. Tiens, lui là bas, je suis sur qu'il a été battu par son père étant enfant et qu'aujourd'hui, il bat son fils à son tour, comme pour se venger inconsciemment. Lui a tué son propre frère après que ce dernier ait fait des avances à sa petite amie de l'époque. Il a purgé sa peine mais le crack auquel il a goûté dans sa cellule aura doucement raison de lui. Quand je pense avoir fait le tour des tous les hommes, je passe au femme. Je repère très vite une junkie dans un coin. Elle tente de se faire oublier, mais moi je la remarque. Elle a quelque chose. Comme un éclat dans les yeux qui la différencie des autres. Il soupire doucement, de toutes façons, si elle est là, c'est qu'elle est irrécupérable. Il finit par passer à quelqu'un d'autre. La fille là-bas ? Elle s'est faite kidnappé il y a une dizaine d'année et bizarrement, son bourreau lui manque. Syndrome de Stockholm. Probablement le pire sentiment qui puisse exister au monde selon moi.  Comment peut-on ressentir une once de sentiments pour un homme qui a gâché l'intégralité de notre vie ? Comment peut-on avoir confiance en quelqu'un qui nous a coupé de tous nos proches pendant de si longues années ? Je ne conçois pas ça, je ne comprend pas. Je secoue la tête doucement, buvant une gorgée de whisky dans le verre devant moi, passant au crible mes propres clients. Je continue pendant encore des dizaines de minutes, trouvant le temps plus court en faisant ça. Après tout, inventer un quotidien pire que le sien à de simples inconnus était plutôt plaisant, comme si ça nous détachait un peu de notre propre peine. Je finis mon verre et relève la tête, mon corps se figeant immédiatement à la vue d'une certaine personne. Mon sang se glaça, sa simple présence faisant remonter une horde de sentiments enfouis. Culpabilité. Rage. Tristesse. Peur surtout. Que faisait-elle là ? Pourquoi est-ce qu'elle venait ici et surtout, pourquoi était-elle habillé de manière aussi sexy ? Elle venait me narguer ou quoi !? Je devenais de plus en plus fou, rien qu'à l'idée de la revoir ici, dans les lieux où j'avais failli lui retirer la vie quelques mois auparavant. Tout ce que je ressens à ce moment pourrait se résumer en une simple question : Pourquoi Nora venait-elle se mettre en danger sous mon nez ?
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Keenan ft. Nora - If you keep building these walls, soon I won't see you at all Dim 23 Nov - 3:28

If you keep building these walls, soon I won't see you at all
keenan & nora


 
Debout devant mon miroir, je m’analyse sous toutes les coutures, cherchant à savoir si mon ventre légèrement arrondi était bien caché, suffisamment invisible. Ce soir, je suis de sortie, direction : le « pleasure island », le bar de Keenan. Une partie de moi me hurle de ne pas y aller, que c’est inutile, que c’est tout sauf une bonne idée et plus l’heure de partir approche, plus cette partie prend de la place. Cela faisait maintenant deux semaines qu’il avait passé la porte de chez moi, découvrant que j’étais enceinte et qu’il était finalement partit, me laissant là après m’avoir embrassé. Il était venu jusqu’à moi, ignorant le fait que je lui avais dit que je ne voulais plus jamais le voir. Il avait outrepassé mon désir absolu de faire ma vie sans lui et avait frappé à ma porte, s’imposant de nouveau à moi et me faisant sentir à quel point j’avais besoin de lui, avant de partir, de me fuir. Il ne voulait pas de moi, c’était évident. Alors pourquoi avait-il fait ça ? Pourquoi avait-il fallut qu’il ravive ma flemme, juste avant de disparaitre de nouveau ? Qu’attendait-il de moi ? Que voulait-il que je fasse ? Je n’en avais pas la moindre idée. J’étais lasse, lasse d’être prise pour une sinoque, lasse de toujours vouloir lui plaire et de faire uniquement ce qu’il attendait de moi. Toute cette histoire n’était-elle qu’une vétille ? Une perte de temps ? Bien sûr, c’était une évidence ! Et pourtant, je ne pouvais me résoudre à laisser tomber, à effacer tout ça de ma tête et de mon cœur. J’en étais incapable. J’aurais pu faire du patin à roulettes sans patins à roulettes , trouver un satellite lunaire à l’œil nu, ou encore résoudre une équation à trente inconnues en moins d’une minute, mais j’étais incapable de me résoudre à écrire l’épilogue de notre histoire. Ce soir, j’allais retourner là où tout à basculer. Je voulais le revoir, mais pas selon ses règles du jeu. Je voulais le pousser en dehors de ses habitudes, de sa zone de confort. Lui qui m’avait toujours interdit de mettre les pieds au club, allait devoir composé avec ma présence ce soir. Nous ne sommes plus ensembles après tout, alors j’avais le droit de faire ce que je veux ! Moulée dans un pantalon noir taille basse qui n’écrase pas mon ventre, couvert d’un top assez ample et ultra décolleté dans le dos, couvrant mon ventre, mais mettant en valeur ma chute de rein, je m’apprête à jouer les funambules . Jouer avec les nerfs de Keenan Castiel était en général témoin d’envies suicidaires. J’allais évoluer dans cet univers si différent du mien, en tachant de ne pas me casser la figure ou de me faire dévorer.

Mes cheveux blonds agrémentés de boucles lâches et naturelles, rabattus sur le côté droit de mon visage, j’applique un trait d’eye liner soutenu autour de mes yeux verts, un peu de mascara et achève mon maquillage avec une touche de rouge à lèvre rouge pour un look rétro/pin-up qui me va à merveille. Satisfaite de mon allure générale, je termine par enfiler une paire d’escarpins à talons d’une dizaine de centimètres, me donnant une allure ultra féminine et élancée. Un dernier regard jeté à mon reflet et je quitte mon appartement, après avoir attrapé mon imper beige clair que ne noue au niveau de ma taille, étrangement fine dans mon état. Une quinzaine de minutes plus tard, je descends de mon taxi, règle la course et reste quelques secondes debout devant le bar, hésitant à rentrer. Des flashs me reviennent de cette soirée et je frissonne de frayeur. La dernière fois que je suis venu ici, je me suis pris une balle…était-ce une bonne idée de revenir ? Sans doute pas. Mais j’en avais besoin. Je devais exorciser tout ça. J’inspire profondément et pousse la porte du bar pour la seconde fois de ma vie. En jetant un rapide coup d’œil aux alentours, je remarque rapidement que je fais tâche dans le décor. Des filles peu vêtues et parfois légèrement efflanquées pour certaines d’entre elles, déambulent un peu partout, sous les regards lubriques et peu flatteurs d’hommes déjà bien imbibés…quel beau tableau !

C’est sans peine que je trouve celui que j’aime, là, derrière le bar entrain de finir un verre très certainement de whisky. J’inspire profondément afin de me donner un peu de courage, juste avant que son regard ne croise le mien. Je soupire, marquant une pause et scrutant sa réaction, puis, sans réfléchir davantage, je défais la ceinture de mon trench et le retire avec dextérité, avant de me tourner, et de poser le vêtement sur le porte-manteau présent à l’entrée de l’établissement, donnant au passage à Keenan (ainsi qu’à qui poserait les yeux sur moi), une vue magnifique sur mon dos plus que dénudé. Une fois débarrassée de ma veste, je m’avance vers le bar, accentuant le chaloupé de ma démarche et roulant légèrement des hanches, sans lâcher mon Keep des yeux. Une fois à son niveau, je pose ma pochette sur le bar et m’adresse enfin à lui, comme si de rien n’était « Bonsoir…une pression s’il te plait ! » Je n’avais bien évidemment pas l’intention de boire une seule goutte d’alcool…je voulais le provoquer, pas mettre mon enfant en danger. Mais je tenais à voir si lui s’en inquiétait.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Keenan ft. Nora - If you keep building these walls, soon I won't see you at all Dim 23 Nov - 12:49

If you keep building these walls, soon I won't see you at all.
Nora Chesbury & Keenan Castiel

If I'm somewhere else it doesn't mean that I don't see, that you don't trust yourself, that's why you don't trust me, it makes me crazy.



A partir du moment où la jeune femme passa la porte de mon bar, je ne pûs la lâcher du regard, comme obnubilé par sa présence. Elle était juste parfaite, comme elle l'avait toujours été à mes yeux, mais là, c'était surdimensionné. Je baisse mon regard automatiquement vers son ventre, presque inexistant sous son large haut, là où il ressortait fortement dans sa robe moulée deux semaines auparavant. A quoi joue-t-elle ? Pourquoi viens-t-elle se pavaner sous mon nez à l'endroit où j'avais toujours refusé sa présence ? Elle se tourne pour poser son manteau, laissant découvrir sa magnifique chute de reins au monde entier. Bon, c'est vrai que j'exagère un peu en disant « au monde entier » mais c'est vraiment l'impression que cela me donne. Ce simple geste, cette simple partie de sa peau découverte me rend jaloux et j'ai envie de tout exploser. Cette peau, cette chute de reins parfait que j'avais tant appréciées et qui avaient été miennes, étaient à présent à la vue de tous et cette simple pensée me rendait fou. J'étais possessif, surtout avec elle, et cette volonté d'appartenance n'était pas partie en six petits mois de temps, au contraire, j'avais que l'impression que cette séparation n'avait fait que l'exacerber. Elle s'approche et je ne la quitte pas des yeux. Plus elle s'avance et plus je perd pied. Comment pouvait-elle avoir cet effet sur moi ? C'était impossible. J'essaye de me calmer mais je n'y parviens pas. Elle vient porter le coup de grâce en posant sa simple question. « Bonsoir…une pression s’il te plait ! »  Je ne sais pas si c'est le contenue de sa question ou simplement l'entende de sa voix, mais je sens l'effet qu'elle me fait. Mon ventre se serre. Mon estomac se noue. Hors de question que je lui serve de l'alcool. Pas dans mon bar. Si elle voulait aller boire, il faudrait qu'elle aille dans un autre bar, même si l'idée ne me plaît pas plus. Je reste silencieux encore pendant de longues secondes, tentant de me remettre doucement de mes émotions. J'hésite au comportement à prendre. Je ne sais pas comment agir, n'ayant jamais été mis dans cette situation. Je pourrais tout simplement lui dire non, mais ça voudrait dire lui montrer que je m'inquiète pour elle et je refuse de m'abaisser encore un peu plus face à elle. Je pourrais l'ignorer, mais encore une fois, ça montrerait que je cherche à la protéger d'une certaine façon. J'hésite, je réfléchis à toutes les options qui s'offrent à moi. Je suis totalement perdu, ne sachant pas le comportement juste à adopter. Si vous m'aviez demandé quelques années auparavant, je vous aurais probablement ri au nez en vous disant que jamais, ô grand jamais, je ne me retrouverais dans cette situation et pourtant. Enfin je connais le sentiment qui jusqu'à maintenant m'était inconnu. Inquiétude, peur, tristesse, culpabilité,. C'était loin d’être ce que j'avais imaginé. Je m'approche de la tireuse, les mains légèrement tremblantes ce que j'essaye de cacher, en vain. Je sers une pression d'un demi-litre, et je le fais glisser jusque devant elle, priant pour qu'elle ne le boit pas. Je n'étais pas vraiment du genre croyant ou encore moins pieux, mais ces derniers temps, il faut avouer que je me mettais à prier de plus en plus intérieurement. Et la plupart du temps pour Nora. Je ne sais pas encore ce que je ferais si elle portait le verre à ses lèvres et j’espère ne pas avoir à le découvrir. J'espère qu'elle sera plus intelligente que moi. Elle l'a toujours été, alors pourquoi pas aujourd'hui. S'il te plaît Nora, je n'ai pas la force de me battre avec toi aujourd'hui. Cette demande ne franchit pourtant pas mes lèvres, n'arrivant pas à lui adresser le moindre mot alors que mes yeux ne cessent de la détailler. « Vous prendrez autre chose ? » Je suis froid, distant, je la vouvoie pour marquer cette distance, lui faisant comprendre que je ne souhaite pas sa présence ici. J'aurais pu tout simplement lui dire clairement mais j'ai bien trop peur de sa réaction. Je joue au plus con, comme d'habitude, je gagne toujours à ce jeu-là après tout.
Code by AMIANTE


Dernière édition par Keenan Castiel le Dim 23 Nov - 17:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Keenan ft. Nora - If you keep building these walls, soon I won't see you at all Dim 23 Nov - 15:43

If you keep building these walls, soon I won't see you at all
keenan & nora


 
Il a l’air tendu, embêté voir déstabilisé par ma présence. Je crois lire de nombreux questionnements dans son regard perplexe. Comment était-ce possible ? Sa chose osait aller contre sa volonté ? C’était impossible,  inenvisageable. Je n’avais, de toute évidence, rien à faire ici selon lui – et selon moi également – et pourtant, j’étais là, debout devant lui, à lui demander de me servir une bière. Je n’ai rien à faire ici. Ce n’est pas la place d’une femme enceinte, mais plus encore, ce n’est pas ma place en général. Je n’ai rien à voir avec ce monde, avec cet univers de luxure. C’était en grande partie pour cette raison que j’avais si longtemps accepté l’interdiction de Keep de me mêler à tout cela : je n’en avais pas envie. Rien de tout cela ne m’intéressait. La seule chose qui avait toute mon attention, c’était Keenan. J’acceptais tout et n’importe quoi, juste pour être avec lui, pour faire partie de sa vie et aujourd’hui. Je passais au-delà de mes appréhensions, de mes craintes et de mes convictions en retournant dans ce bar,  juste pour le voir.
Il bouillonne. Un ouragan de colère le ravage de l’intérieur, c’est évident et malgré sa colère, il refuse de laisser quoi que ce soit paraitre…affligeant. Je suis sur le point de me mettre en danger, de mettre la vie de notre enfant en danger, mais il me sert tout de même une bière, comme si de rien n’était. Quelle déception. Je jette un regard plein de dédain sur le verre rempli d’alcool tendu par le père de mon enfant, avant de le regarder lui avec froideur, bien décidée à ce qu’il sente à quel point j’étais déçue. J’avais une fois de plus la preuve qu’il n’en avait rien à faire de moi ou de ce qui pouvait bien m’arriver. Cependant, malgré le fait que l’on pouvait, à coup sûr, entendre mon cœur se briser encore un peu plus, je n’avais aucunement l’intention de laisser tomber. J’étais venue ici pour changer mon mode de fonctionnement, pour ne plus faire ce qu’il attend de moi, pour le provoquer. Je porte donc ma main au verre que je rapproche un peu plus de moi, avant de le remercier. S’il voulait jouer au con, pas de soucis !

« Merci… » Je lâche alors, en affichant un sourire bien plus faux encore que la poitrine de la fille qui passe à côté de moi. Je ressers mon emprise sur mon verre, histoire de contenir ma colère et ma frustration, avant de le lever du bar et de le mener lentement à mes lèvres, soutenant le regard de Keenan, en espérant qu’il m’arrête, qu’il mette son orgueil de côté et qu’il agisse comme l’homme que je m’évertuais à voir en lui en vain. Malheureusement – ou heureusement, tout dépend du point de vue – ce n’est pas lui qui m’arrête, mais un type assis non loin de moi qui, après avoir posé sa main dans le creux de mon dos nu, attrape mon verre, l’ôtant délicatement de mes mains, avant de le poser sur le bar. Je porte sur lui un regard plein de perplexité, ne comprenant pas vraiment ce qui était en train de se passer et ne peux m’empêcher de remarquer qu’il ressemble étrangement à Mr Castiel.
« Attend Castiel ! Une bière seulement pour une si jolie fille ? Sers-lui plutôt ton meilleur Whisky ! »
Voyant dans cette intervention une occasion supplémentaire de pousser le tortionnaire de ma vie à réagir, je repose mon regard sur lui affichant un sourire un brin provocateur, mais étrangement sexy et rajoute en m’accoudant sur le bar, me rapprochant un peu plus de lui
«Ben oui Castiel ! La jolie fille mérite bien un Whisky non ? » Le sosie de Keep ne se gêne pas pour passer sa main sur ma peau, caressant l’air de rien toute la surface de mon dos qui lui est accessible. Ca me dégoute. Je n’avais aucune envie qu’un autre homme pose la main sur moi. C’est une véritable torture pour moi. Je tique légèrement, gardant mon regard accroché à celui de Keenan, préférant me concentré sur ce regard que j’aimais tant, que sur cette main parcourant mon corps sans ma permission…dans quoi m’étais-je fourrée encore ?  
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Keenan ft. Nora - If you keep building these walls, soon I won't see you at all Dim 23 Nov - 17:54

If you keep building these walls, soon I won't see you at all.
Nora Chesbury & Keenan Castiel

If I'm somewhere else it doesn't mean that I don't see, that you don't trust yourself, that's why you don't trust me, it makes me crazy.



C'est impossible, elle ne va pas boire, elle ne peut pas. Elle me provoque c'est sur. J'ai envie d'imploser, d'exploser, de montrer à tout le monde présent que Nora est enceinte et qu'elle ne doit pas boire. Je ne veux pas qu'elle boive, même si c'est moi qui l'ai servi, elle ne doit pas boire. S'il te plaît, Nora, ne bois pas. Je la supplie du regard, espérant qu'elle comprenne. Pourquoi suis-je aussi têtu ? Pourquoi je refuse de lui dire tout simplement d'arrêter plutôt que de faire l'idiot à penser qu'elle me comprend ? Je n'ai pas le courage de la stopper, les mots ne franchissent pas mes lèvres et pourtant, un autre homme prend ma place pour l’arrêter. Qui est-il ? Pourquoi sa main se pose-t-elle sur la peau nue de ma Nory ? Oui MA Nory, personne d'autre n'est censé pouvoir la toucher. Elle a toujours mis à point d'honneur à cela quand on sortait ensemble dans le passé, pourquoi ne le stoppe-t-elle pas aujourd'hui? Pourquoi ne l'empêche-t-elle pas de caresser le bas de son dos nu ? Elle sait pertinemment que je déteste qu'un homme vienne vers elle, je la regarde et pourtant, elle ne bouge pas d'un iota pour lui dire d'arrêter. Je continue de soutenir son regard, mais rien, elle ne bouge pas. Une terrible idée me traverse l'esprit : peut-être est-il son nouveau petit ami ? Je lève la tête vers mon « concurrent » et pose un regard noir sur lui. Mais... je le connais. C'est l'un de mes meilleurs clients. Un homme comme moi dans le fond. Un peu perdu, avec une histoire compliquée. Un homme brisé par je ne sais quelle abomination de la vie. Un homme qui aurait pu faire craquer Nora comme je l'ai fait en soit. Et c'est ça par dessus tout qui me rend dingue. J'essaye de me calmer mais mon regard ne peut lâcher la main de cet homme sur le dos de celle qui fait désormais tourner mon monde. « Attend Castiel ! Une bière seulement pour une si jolie fille ? Sers-lui plutôt ton meilleur Whisky ! » Je boue de l'intérieur, je deviens totalement fou. Je passe une main sur mon visage dur pour tenter de me calmer mais ça devient de plus en plus impossible. Un sourire s'étend sur le visage de Nora : sexy, dangereux, provocateur. A quoi joue-t-elle ? «Ben oui Castiel ! La jolie fille mérite bien un Whisky non ? » Sa voix résonne dans ma tête, inlassablement. Se rend-t-elle compte que je vais exploser d'ici peu de temps ? Elle le sait, elle me connaît. Elle sait parfaitement que je suis possessif avec elle et que je ne supporte pas de la voir avec un autre quand bien même moi je passe mon temps à l'ignorer. Je ne me contrôle doucement plus. Mon regard passe de l'homme à elle, puis d'elle à l'homme. Son sourire me rend fou. Je carre la mâchoire par énervement. Je ne réfléchis pas, je perd totalement le contrôle et mon poing s'abat sur le visage de l'homme à coté de Nora. Le bon point dans tout ça, c'est qu'au moins, sa main lâche la peau de Nora, enfin. Le mauvais, c'est que je redoute maintenant la réaction de la mère de mon futur enfant. J'ai déjà été violent, elle le sait, mais je ne l'avais jamais encore été devant elle jusqu'à maintenant. Je reporte mon regard sur elle, la regardant dans les yeux sans réussir à comprendre ce qu'elle pense. C'est une véritable torture pour moi. J'ai l'impression de retourner en enfance quand je faisais une bêtise et que je me faisais prendre la main dans le sac par ma mère. A l'époque, j'avais l'impression de décevoir la seule femme qui serait jamais fière de moi, de ne même pas être digne de l'amour qu'elle me portait. Et bien bizarrement aujourd'hui, c'est exactement la même impression qui vient s'ancrer en moi. J'ai déçu à plusieurs reprises la seule qui m'ait jamais fait confiance. J'avais la terrible impression que je ne serais jamais digne d'elle. C'est violent comme impression, destructeur. Ça me bouffe de l'intérieur.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Keenan ft. Nora - If you keep building these walls, soon I won't see you at all Dim 23 Nov - 18:58

If you keep building these walls, soon I won't see you at all
keenan & nora


 
Voilà, enfin, je vois ce mécanisme se metre en place. Je peux le lire dans son regard. Il fulmine, il enrage et bon sang ce que ça fait du bien. Ce mécanisme, je l’avais vu se mettre en place des centaines de fois…mon homme est un nerveux après tout, mais pour la première fois, je n’ai aucunement envie de désamorcer la bombe Castiel, bien au contraire. J’avais passé six années de ma vie à mettre en place des stratégies plus ou moins inventives, afin de lui faire baisser la pression. La violence et moi, ça a toujours fait deux, et je ne voulais pas de ça chez moi, alors je le massais, je l’embrassais, je le distrayais…tout ce qui était possible pour que toute la colère accumulée à l’extérieur pour des raisons x ou y, s’envole de notre chez nous. Mais ce soir, là, dans ce bar, cette colère qui boue à l’intérieur de lui est une émotion, une émotion forte, une émotion vraie, une émotion pure. Voilà. C’était tout ce dont j’avais besoin. Je voulais savoir que j’étais encore capable de susciter quelque chose chez lui. Il était inquiet pour moi et jaloux qu’un autre homme ose poser la main sur moi. Il estimait encore que je lui appartenais. Je lui importais, il ne pouvait pas le nier davantage. Cependant, je n’ai jamais eu à gérer une telle situation. Je n’ai jamais vu Keenan en colère. Je l’ai déjà vu contrarié, pour des raisons plus ou moins justifiées, mais je ne l’ai jamais vu à un tel point de tension. Malgré cela, je suppose parfaitement la suite que prendront ces évènements. Sa réaction ne se fait pas attendre : Keep colle une droite phénoménale dans le visage de l’homme greffé à mon dos, qui s’effondre comme une loque. Surprise, je m’écarte en poussant un petit cri de surprise, plaquant mes deux mains sur mon ventre, apeurée à l’idée qu’il arrive quelque chose à mon bébé. Mon cœur s’accélère, alors que mon regard oscille nerveusement entre cette masse affalée sur le sol et celui qui l’y a conduite.

Un sentiment étrange grandit alors en moi : au lieu d’être outrée, choquée par ce qu’il venait de faire, j’en suis…heureuse ? Est-ce que cela fait de moi une personne affreuse ? Je veux dire, me réjouir que l’homme que j’aime ait aplatit l’homme qui a osé poser la main sur moi, fait-il de moi une femme sans valeurs, une femme mauvaise ? Une partie de moi pense que oui…ce n’est pas mon genre de me réjouir du malheur des autres. Mais là, la situation est différente : cela faisait des jours, des semaines que je me demandais ce qu’il en était, que je cherchais à donner un sens à notre dernière rencontre en vain. Le revoir m’avait fait réaliser à quel point je l’aimais encore et à quel point il m’était indispensable mais il avait changé : il était encore plus froid qu’avant, plus distant, plus difficile à suivre et à comprendre, me faisant alors douter de moi, douter de nous, douter de tout ce par quoi nous étions passés. Avait-il encore des sentiments pour moi ? M’avait-il embrassé juste comme ça ? C’était sans doute pour ça qu’il était partit de cette façon. Il n’était venu que pour s’assurer que j’étais enceinte de lui et pour me dire qu’il prendrait soin de cet enfant financièrement – oui, il avait bien précisé financièrement au cas où il me viendrait à l’esprit qu’il voudrait éventuellement revenir dans ma vie, dans nos vies – rien d’autre. Mais là, il me prouvait tout le contraire. Après quelques secondes, nécessaires pour me ressaisir, je me tourne vers lui et plonge mon regard dans le sien, cherchant à comprendre ce qui pouvait bien se passer dans sa tête. L’homme au sol ne réagit même pas, totalement sonné. Je devrais m’inquiéter de son sort, mais sincèrement, je n’en ai absolument rien à faire !

Sans réfléchir, poussée par mon instinct, mais surtout par mon désir, j’attrape le bras de Keep derrière le bar et l’attire un peu à l’écart, loin des regards des autres clients du bar. Je me poste devant lui, agitée au possible, pose mes deux mains sur son torse et le pousse lentement, l’incitant à s’appuyer contre le mur juste derrière lui, m’approche de lui, collant doucement mon corps contre le sien, avant d’accrocher son regard. Je glisse un peu maladroitement mes mains dans sa nuque, l’attirant un peu à moi et lève timidement la tête, cherchant ses lèvres. Alors que mon souffle se fait plus saccadé, je lui donne un baiser tendre et passionné, n’espérant qu’une chose : qu’il ne me repousse pas.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar

MessageSujet: Re: Keenan ft. Nora - If you keep building these walls, soon I won't see you at all Lun 24 Nov - 16:52

If you keep building these walls, soon I won't see you at all.
Nora Chesbury & Keenan Castiel

If I'm somewhere else it doesn't mean that I don't see, that you don't trust yourself, that's why you don't trust me, it makes me crazy.



Après une interminable attente, qui me sembla durer bien plus longtemps que les six ans que j'avais passé aux cotés de Nora, elle lève enfin le regard vers moi. Je le soutiens, espérant y dénicher la vérité sur ce qu'elle pense à cet instant même. C'est une véritable torture. Un cercle vicieux infini. Je ne sais pas ce qu'elle pense, alors je panique. Je panique, alors je n'arrive pas à savoir ce qu'elle pense. Et ainsi de suite. Oui, le grand Castiel perd pied et je trouve qu'en ce moment, ça m'arrive bien trop souvent. Soudain, je sursaute en la sentant attraper mon bras alors qu'elle m'emmène à l'écart. Mon impression de retourner en enfance et d'être face à ma mère me reprend. J'ai la terrible sensation que je vais m'en prendre plein la tête, et je m'en veux déjà. Pourquoi est-ce que je passe mon temps à décevoir les deux seules femmes qui sont capables de tout donner pour moi ? Pourquoi suis-je incapable de réfléchir un minimum avant d'agir ? J'ai beau m'en vouloir, je suis soulagé que la main de mon client ne soit plus posée sur les hanches de Nora, là où mes mains avaient l'habitude de se poser.

Je redescend doucement sur terre quand elle pose ses deux petites mains sur mon torse. Elle me pousse en arrière contre le mur et je me laisse totalement faire. Mes mains vont instinctivement glisser derrière son dos, comme si je reprenais possession de son corps que mon client aurait souiller. C'était exactement l'impression que cela m'avait fait, celle que cet homme avait tenté de prendre ce qui m'avait toujours appartenu, de salir la seule chose qui avait jamais eu de l'importance à mes yeux. Pourquoi avais-je ce besoin de posséder Nora, de la savoir totalement mienne ? C'est un sentiment que je n'ai jamais ressenti pour personne mais depuis quelques années, je m'accroche désespérément à Nora, sans comprendre pourquoi elle, pourquoi maintenant, pourquoi ici. Elle s'approche toujours un peu plus de moi, venant se coller contre mon torse et mes doigts se baladent sur son dos dénudé. Il serait peut-être temps que je lui avoue que je m'attachais non ? Depuis le temps que moi je le sais, c'est un peu égoïste de lui cacher non ? Je soutiens un peu plus son regard alors que je me laisse totalement aller dans le moment. Elle s'approche toujours un peu plus et je la laisse faire. Quand je comprend ce qu'elle va faire, un sourire s'étire sur mon visage juste avant que ses lèvres touchent les miennes alors que mon cœur rate un battement. Je prolonge ce baiser dans un premier temps avec la même passion qu'elle, entourant sa taille de mes bras pour être sur qu'elle ne se recule pas. Finalement, c'est moi qui me recule, sur un coup de tête, suivant mon intuition et surtout mon désir. J'ai envie de lui rendre un peu tout ce qu'elle m'a donné, non pas parce que je me sens redevable mais juste parce que j'ai envie de la voir sourire grâce à moi, comme avant.

« Nory... » Je me recule, plongeant mon regard dans le sien. Je remet une mèche de ses cheveux derrière son oreille, en profitant pour caresser doucement son visage du bout des doigts. « Je... » J'hésite. Une boule se forme dans mon ventre, me serrant l'estomac. Je ne sais pas quoi dire, comment formuler ma phrase, comment choisir les bons mots. J'espère que ma panique ne se lit pas trop dans mon regard, détestant me mettre à nu comme ça. « Je voulais qu'on parle d'un truc la dernière fois. Tu sais.. Je.. Juste avant qu'on se sépare, ça a changé entre nous, et je voulais t'en parler. » Je m'arrête, attendant qu'elle me demande de continuer. J'espère qu'elle a compris où je veux en venir. Je réfléchis à la suite des événements pour être sur de recommencer sur le bon pied afin que ce moment soit court, clair et précis, que je n'ai pas à recommencer après. Je ne souhaite pas m'ouvrir comme je suis en train de le faire pendant encore trop longtemps, c'est bien trop effrayant. Mes intestins se tordent sous la pression, mais je fais comme si de rien était.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Keenan ft. Nora - If you keep building these walls, soon I won't see you at all

Revenir en haut Aller en bas
 

Keenan ft. Nora - If you keep building these walls, soon I won't see you at all

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nora Roberts
» Petit craquage
» Les messages email de François Bayrou
» John Lennon
» Énigme 188 - Le donjon médiéval de St-Germain-sur-Avre (27)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HAPPILY EVER AFTER :: Corbeille :: ► Anciens RPs
-